Nord canadien : rencontre des acteurs francophones des Territoires du Nord-Ouest

Les participants à la révision du Plan de développement global de la communauté franco-ténoise. Au premier rang : Annie Gourde, Soraya Ellert, Linda Bussey Au second rang : Lyne Gagnon, Xavier Lord-Giroux, Jessica Payeur, Océanne Coulaudoux, Simon Cloutier, Diane Magné, Au troisième rang : Maxence Jaillet, Catherine Lemire, Jean Françoise Pitre. (L’Aquilon)
Le 30 novembre dernier, la Fédération franco-ténoise a rassemblé quelques représentants de la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest afin de mettre à jour le plan de développement global de la communauté.

Le plan de développement global 2016-2022 (PDG) pour les francophones des Territoires du Nord-Ouest a été créé il y a quatre ans. Ce plan est une initiative de la Fédération franco-ténoise (FFT). L’outil vise à favoriser la mise en place d’actions et la recherche de financement pour la communauté.

Le président de la Fédération, Jean-François Pitre, explique que le PDG permet de justifier les actions à entreprendre pour assurer la vitalité de la francophonie auprès des instances de financement de manière concrète.

Optimiser les pistes d’action

« On a regardé, pour voir s’il y avait de la répétition dans le plan », relate Jean-François Pitre après cette séance de remue-méninge.

Divisé en quatre grands chantiers, le PDG comprend : la place de notre population; le dynamisme de notre identité et du sentiment d’appartenance; le renforcement de notre francophonie et le développement de notre capacité. Pour chacun de ces chantiers, des objectifs stratégiques et des pistes d’actions sont suggérés.

En raffinant les chantiers et les objectifs, le président de la FFT estime qu’ils pourront déterminer des actions plus pointues.

De plus, M. Pitre rapporte que les participants à la rencontre ont réclamé plus d’ouverture et d’inclusion pour les pistes d’action du PDG. « On a réuni plus que juste le gouvernement et les associations dans les actions », détaille-t-il.

Le plan de développement global 2016-2022 (PDG) vise à favoriser la mise en place d’actions et la recherche de financement pour la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest. Photo de la maison Laurent Leroux qui abrite les bureaux de la Fédération franco-ténoise. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Collaboration interrégionale sur la bonne voie

Cette ouverture a d’ailleurs réjoui une des représentantes des collectivités hors capitale, la présidente de l’Association franco-culturelle de Hay River, Soraya Ellert.

« Ça a été une bonne rencontre, commente-t-elle. C’était bien de voir que la FFT élargit sa vision en dehors de Yellowknife. […] Pour ce qui est de Hay River et Fort Smith, c’est sûr qu’on se sent maintenant plus de la partie qu’avant. C’est la convivialité qu’il y avait, c’était plaisant à voir, des bonnes discussions. Aux tables les idées se rejoignaient. On voyait qu’on pense tous la même chose et qu’on veut aller de l’avant vers les mêmes buts et objectifs. »

La culture pour se faire comprendre et connaitre

Dans les nouveaux points soulevés pour le PDG, on compte également la question de la culture.

« Les artistes et la culture, on n’en parlait pas souvent, rappelle Jean-François Pitre. Par contre, peut-être que si tu comprends la culture, tu vas comprendre plus la francophonie […]. C’est difficile d’expliquer ce que c’est que d’être francophone si tu ne sais pas d’où ça vient ».

Selon le président de la Fédération franco-ténoise, les chantiers et les objectifs du PDG 2016-2022 sont maintenant à jour, alors que les pistes d’action seront revues après Noël, en 2020.

Parmi les enjeux globaux énoncés dans le PDG en 2016, on soulève entre autres : le taux de roulement élevé au sein des organismes, le droit à l’éducation en français, les relations avec le gouvernement territorial en matière de droits linguistiques et le défi du soutien au développement de la francophonie dans les régions.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *