Trentième anniversaire de l’École Allain St-Cyr de Yellowknife dans le nord-ouest du Canada

L’École Allain St-Cyr est l’une des deux écoles francophones dans les T.N.-O. (Mario De Ciccio / Radio-Canada)
L’École Allain St-Cyr célèbre vendredi la première rentrée scolaire en français des Territoires du Nord-Ouest. Cette dernière s’est faite avec neuf élèves dans une classe vacante, sans fenêtres, de l’École J.H. Sissons à Yellowknife, en septembre 1989.

C’était à ce moment une première victoire pour les Franco-Ténois et les membres d’un comité de parents francophones, présidé par Bernadette Leblanc-Fortier, qui avaient demandé une école en français au gouvernement ténois en vertu de l’article 23 de la Charte des droits et libertés.

Pour appuyer leur demande, le groupe de parents a épluché le bottin téléphonique de Yellowknife pour contacter toutes les familles afin de dresser une liste de parents intéressés à inscrire leurs enfants à l’école, se remémore la présidente du comité des parents.

« Souvent [des répondants] nous disaient de ne plus les appeler ou nous disaient de ne pas gaspiller l’argent des taxes sur une école francophone, donc des fois, les réponses étaient assez brusques, raconte Bernadette Leblanc-Fortier. Mais on continuait parce qu’on avait un but et on a réussi à avoir une vingtaine de noms sur la liste. »

Pendant 10 ans, l’école était installée dans des salles de classe modulaires dont le nombre a dû croître au fil des ans avec la hausse des inscriptions.

Ce sont finalement neuf élèves de la maternelle à la deuxième année qui ont formé la première cohorte en français langue première à Yellowknife.

Deux classes mobiles ont plus tard été installées au cours de l’année scolaire pour servir d’école pour les élèves. Quatre autres se sont rajoutées au cours des années suivantes pour atteindre un total de six.

Pourquoi « Allain St-Cyr »?

Le nom de certains explorateurs francophones ont été considérés lorsqu’est venu le temps de nommer l’école, selon Bernadette Leblanc-Fortier. Mais c’est finalement le nom d’Allain St-Cyr, un Franco-Ténois d’adoption ayant vécu à Yellowknife de 1976 à 1987, qui a été retenu.

Enseignant de profession, Allain St-Cyr a été le premier président de l’Association culturelle franco-ténoise, qui plus tard deviendra la Fédération franco-ténoise. Il a entre autres participé à la création et au développement de programmes d’immersions en français dans les conseils scolaires catholique et public de Yellowknife.

Trente ans plus tard, Allain St-Cyr se souvient très bien de sa surprise lorsqu’on lui a annoncé que la nouvelle école porterait son nom.

« J’étais bouche bée, quel honneur premièrement, mais pourquoi? [J’ai dit] : « est-ce que vous êtes certains que vous voulez faire ça? Je ne suis pas mort là […] je n’ai pas bâti des gros temples et des gros ponts », dit-il.

Il admet que la nouvelle l’a un peu gêné et que d’en parler l’embarrasse encore. Il ajoute qu’il en est très fier et qu’il apprécie ce que les parents ont réussi à faire pour que l’école devienne ce qu’elle est aujourd’hui.

« Si on ne se tient pas, on ne va rien avoir. Je félicite les parents d’avoir tenu le coup. »
Allain St-Cyr

Dans le cadre d'un reportage sur la communauté Franco-Ténoise diffusé en mars 2000, Patrick Boie souligne l'ouverture en 1999 de l'École Allain St-Cyr.

30 ans plus tard

Aujourd’hui, 154 élèves sont inscrits à l’École Allain St-Cyr et tous les projets de l’école ont le vent dans les voiles, selon sa directrice Sylvie Larose, en poste depuis septembre 2018.

« Quand on parle de 9 élèves dans des [classes] portatives, il y a 30 ans, comparativement à 154 élèves aujourd’hui à l’école, je pense que ça démontre que la fierté francophone est puissante et que c’est dans l’ADN des gens et de la communauté francophone. »
Silvie Larose, directrice de l'école Allain St-Cyr

Bernadette Leblanc-Fortier a quitté les Territoires du Nord-Ouest en 1995, mais n’a jamais arrêté de suivre les développements de l’école qu’elle a aidé à fonder.

À Yellowknife, l'ouverture du nouveau gymnase de l'école francophone Allain St-Cyr tourne la page sur plus de 15 ans de combats et de rebondissements pour la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest

Elle se dit très fière des parents de Yellowknife et de sa soeur, Yvonne Careen, la directrice générale de la Commission scolaire francophone des T.N.-O. qui a participé aux nombreux recours judiciaires pour assurer la croissance de l’école dans le respect des droits des francophones.

« Pour nous autres, c’était toujours juste d’avoir une école qui répond aux besoins de nos enfants, et si ça pouvait aider les enfants dans le futur ça valait aussi la peine », dit-elle.

« De voir l’École Allain St-Cyr se développer comme ça et que les gens ont eu le courage de continuer [à se battre] contre le gouvernement et à revendiquer leurs droits et leurs besoins, c’est formidable. »
Bernadette Leblanc-Fortier, l'une des fondatrices de l'école Allain St-Cyr

La communauté francophone de Yellowknife, les élèves et le personnel de l’École Allain St-Cyr célèbreront les 30 ans de leur école lors d’un événement vendredi soir.

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *