L’Inuk retrouvée morte à Ottawa n’a pas été victime d’un acte suspect, dit la police canadienne

Susie Pewatoaluk (à gauche) tente de rapatrier le corps de sa soeur Bonnie au Nunavut. (Courtoisie : Susie Pewatoaluk)
Le Service de police d’Ottawa a confirmé mardi après-midi que selon ses enquêteurs, Bonnie Atagootak ne serait pas morte d’un acte criminel.

Il a toutefois précisé que l’investigation de la mort de la femme de 34 ans se poursuivra, menée par l’unité des enquêtes criminelles de la division centrale.

Le corps de Bonnie Atagootak avait été retrouvé jeudi dernier derrière une maison de retraite sur l’avenue Carling, près de l’avenue Kirkwood, dans l’ouest d’Ottawa.

Originaire de la communauté inuit de Pond Inlet, au Nunavut, elle résidait à Ottawa depuis cinq ans avec son conjoint, Ivan Atagootak, et deux de leurs enfants adolescents.

Une grande partie de la famille de Mme Atagootak vit toujours à Pond Inlet, dont son fils aîné. Sa sœur, Susie Pewatoaluk, a lancé une collecte de fonds pour transporter le corps de Bonnie au Nunavut, selon les souhaits de leur mère.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *