COVID-19 : les réservistes locaux autorisés à intervenir dans l’Arctique québécois

Le Centre de santé Tulattavik de l’Ungava à Kuujjuaq, au Québec. Dans les prochains jours, les Rangers canadiens installeront des tentes devant les centres de santé et les postes de secours de la région, où les patients susceptibles d’être infectés par la COVID-19 pourront être triés et dépistés. (Eilis Quinn/Regard sur l’Arctique)
Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a accepté vendredi la demande du Québec d’utiliser les Rangers canadiens, des forces de réserve locales, pour aider dans la lutte contre la COVID-19 dans leurs communautés du nord de la province.

La demande de la province a été faite au nom du Comité consultatif régional sur la protection civile du Nunavik, un groupe mis sur pied pour gérer les opérations relatives à la COVID-19 au Nunavik, la région inuit du nord de la province.

Le comité est composé de l’Administration régionale Kativik, qui administre le Nunavik, ainsi que du Corps de police régional Kativik et de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

Le comité a fait cette demande après qu’un deuxième cas confirmé de COVID-19 ait été signalé au Nunavik mercredi.

« Les Rangers font déjà partie de la communauté. »

Les Rangers canadiens font partie de la réserve des Forces armées canadiennes (FAC). Ils sont présents dans tout le Nord du Canada et dans d’autres régions isolées et peu peuplées du pays qui sont trop éloignées pour être couvertes par d’autres composantes des Forces armées canadiennes.

Les Rangers sont composés de volontaires issus de leurs communautés et sont principalement responsables de la surveillance, de la recherche et du secours, ainsi que de l’apport d’une expertise et de connaissances locales de leurs régions reculées pour soutenir les opérations ou les formations des FAC.

« L’avantage est que les Rangers sont déjà là, dans leurs communautés, » a déclaré Josée Levesque, agent de communication au conseil régional de santé du Nunavik, à Regard sur l’Arctique, en expliquant pourquoi la demande de soutien a été présentée.

(L’annonce faite par M. Trudeau plus tôt dans la journée, selon laquelle il avait autorisé le recours à l’armée, conformément à la demande du Québec, pour aider dans la lutte contre la COVID-19 dans la partie nord de la province a semé la confusion dans tout le Canada, plusieurs médias ayant rapporté que l’armée canadienne était déployée au Nunavik).

Des tentes de triage et de dépistage seront installées dans les prochains jours

Le Nunavik compte une population de 13 000 habitants. Il y a 14 communautés dans la région qui ne sont accessibles que par avion. Deux des communautés, Kuujjuaq et Puvirnituq, ont de petits hôpitaux, mais le reste des communautés sont desservies par de petits postes de secours.

La demande pour les Rangers a été faite pour que deux tentes puissent être installées devant les établissements de santé dans chaque communauté du Nunavik, une où les personnes qui ont des symptômes compatibles avec la COVID-19 pourraient être triées, et une autre tente où les personnes seraient envoyées pour être dépistées.

« Les travailleurs de la santé ne se déplaceront pas entre les deux tentes, et cette installation permettra également de séparer les cas potentiels de COVID-19 des autres patients des (centres de santé), » a déclaré M. Levesque.

M. Levesque a indiqué que les travaux sur le nouveau site commenceraient dès que possible, dans les jours qui viennent.

Le Comité consultatif régional sur la préparation aux situations d’urgence du Nunavik négocie actuellement sur l’utilisation potentielle des Forces armées canadiennes à long terme si la situation relative au coronavirus devait s’aggraver et que la région avait besoin d’une quantité accrue de fournitures ou d’équipements médicaux.

Vols commerciaux annulés

Vendredi également, les vols commerciaux à destination et en provenance du Nunavik et entre ses 14 communautés ont été annulés pour une durée indéterminée afin de limiter la propagation de la COVID-19 dans la région.

« Cette décision n’a pas été prise à la légère », a déclaré Marie Rochette, directrice de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, dans un communiqué de presse publié jeudi. « Nous pensons sincèrement que c’est la meilleure façon de réduire le risque de transmission dans la communauté. Collectivement, nous devons travailler ensemble pour protéger les aînés et les membres les plus vulnérables de toutes les communautés ».

Les seuls transports aériens encore autorisés seront les vols de fret, les vols transportant des patients pour des rendez-vous médicaux ou les vols transportant des travailleurs essentiels comme les professionnels de la santé ou la police.

Sur les deux cas de COVID-19 confirmés dans la région, l’un se trouve dans la communauté de Puvirnituq, dans la baie d’Hudson, et l’autre dans la communauté de Salluit, dans le détroit d’Hudson.

Eilís Quinn, Eye on the Arctic

Eilís Quinn, Regard sur l'Arctique

Eilís Quinn est une journaliste et responsable du site Regard sur l’Arctique/Eye on the Arctic, une coproduction circumpolaire de Radio Canada International. En plus de nouvelles quotidiennes, Eilís produit des documentaires et des séries multimédias qui lui ont permis de se rendre dans les régions arctiques des huit pays circumpolaires.

Elle s’intéresse notamment aux changements climatiques et aux enjeux auxquels sont confrontés les peuples autochtones du Nord.

Son enquête journalistique «Arctique – Au-delà de la tragédie » sur la mort violente de Robert Adams, un Inuk de 19 ans du Nord du Québec, a reçu une mention honorable pour son excellence dans la couverture de la violence et des traumatismes aux prix Dart 2019 à New York. Son documentaire multimedia «Bridging the Divide» sur la système de santé dans l'Arctique canadien a été finaliste aux prix Webby 2012.

Au cours de sa carrière Eilís a travaillé pour des médias au Canada et aux États-Unis et comme animatrice pour la série «Best in China» de Discovery/BBC Worldwide.

Twitter: @Arctic_EQ

Courriel: eilis.quinn@radio-canada.ca

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *