Arctique canadien : des Nunavutois en quarantaine prêts à retourner dans leur territoire

D’ici le 13 avril, 286 personnes qui résident au Nunavut, mais qui se trouvent actuellement à l’extérieur du territoire, seront rapatriées depuis Ottawa, Winnipeg, Edmonton et Yellowknife. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Après avoir passé 14 jours en quarantaine forcée à l’extérieur de leur territoire, des habitants du Nunavut s’apprêtent à rentrer chez eux durant la fin de semaine de Pâques.

D’ici le 13 avril, 286 personnes seront rapatriées depuis Ottawa, Winnipeg, Edmonton et Yellowknife, a fait savoir jeudi le médecin hygiéniste en chef du territoire, Michael Patterson, lors de son point de presse quotidien.

« Le jour avant le départ, les infirmières sur le site étudient le registre quotidien de chaque voyageur pour s’assurer qu’ils ont respecté les règles d’isolement, a-t-il expliqué. [Elles] réalisent une évaluation en personne pour vérifier que les voyageurs sont en santé et ne présentent aucun symptôme de la COVID-19. »

Au nombre des personnes rapatriées figurent, entre autres, des étudiants et des personnes qui avaient quitté leur territoire pour obtenir des soins médicaux dans le Sud.

Vols réguliers et nolisés

Quatre des six vols qui les ramèneront chez eux entre le 10 et le 12 avril ont été nolisés. Deux vols réguliers transporteront aussi des travailleurs essentiels qui n’avaient pas à se soumettre à un isolement de 14 jours.

« Ils devront aller dans des files d’attente différentes pour s’enregistrer à l’aéroport, a indiqué le ministre de la Santé, George Hickes. Après leur passage à la sécurité, les voyageurs qui ont été en quarantaine seront escortés vers une aire d’isolement leur étant réservée près de leur porte d’embarquement. »

Le ministre de la Santé du Nunavut, George Hickes, affirme que les autorités sanitaires ont pris toutes les précautions nécessaires pour rapatrier de manière sécuritaire les Nunavutois qui se trouvent actuellement à l’extérieur du territoire. (Beth Brown/CBC)

Selon le ministre, les travailleurs essentiels et les personnes qui se sont soumises à l’isolement forcé de 14 jours n’embarqueront pas au même moment dans l’avion et occuperont un espace différent à bord.

Procédures renforcées

Le 23 mars, les autorités sanitaires ont interdit l’entrée au territoire aux non-résidents, à l’exception des travailleurs essentiels. Les résidents devaient quant à eux se soumettre à deux semaines d’isolement dans un des hôtels désignés par le gouvernement territorial.

Pour rentrer au territoire, les voyageurs qui se sont soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours doivent détenir une lettre d’autorisation délivrée par le Bureau du médecin hygiéniste en chef et une preuve de résidence, a précisé le Dr Michael Patterson.

« Jusqu’à leur arrivée à destination au Nunavut, les résidents demeurent liés par l’accord d’isolement qu’ils ont signé le jour où ils ont accepté d’entrer dans les lieux d’isolement. »Michael Patterson, médecin hygiéniste en chef du Nunavut

Les autorités affirment que les aéroports concernés ont dû renforcer leurs procédures d’hygiène et que les voyageurs devront se soumettre à un dernier examen médical avant l’embarquement.

Des carrousels vides à l’aéroport Macdonald-Cartier d’Ottawa. (Francis Ferland/Radio-Canada)

En date de mercredi, 438 habitants du Nunavut se trouvaient en isolement à Ottawa, à Winnipeg, à Edmonton et à Yellowknife, selon le site web du gouvernement territorial.

Depuis les deux dernières semaines, les autorités estiment avoir dépensé environ 250 000 $ pour l’embauche d’agents de sécurité et 10 000 $ en produits d’hygiène pour les personnes en isolement dans des hôtels.

Matisse Harvey, Radio-Canada

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *