Des œuvres de célèbres artistes inuit présentées au Sénat canadien

Huit gravures d’artistes inuit sont présentées pour un an dans l’édifice du Sénat à Ottawa. (Sénat)
En collaboration avec le Musée des beaux-arts de Winnipeg – Qaumajuq (WAG), le Sénat du Canada héberge dans ses murs huit gravures d’artistes inuit de renom comme Andrew Qappik, le concepteur du drapeau du Nunavut.

Les œuvres illustrent également plusieurs aspects de la vie dans le Grand Nord comme la chasse, la nature, la vie familiale et la spiritualité.

« Nous avons la grande responsabilité d’être à l’écoute des voix des Canadiens. Les arts visuels, le mouvement, la danse et la musique sont des langages internationaux. Ces œuvres d’art sont des voix importantes », a déclaré la sénatrice Patricia Bovey, présidente du Groupe de travail consultatif sur les œuvres d’art et les biens patrimoniaux du Sénat.

La collection d’estampes provient du Musée des beaux-arts de Winnipeg – Qaumajuq qui héberge la plus grande collection publique d’art inuit contemporain du monde. Organisée pour la première fois dans le cadre du programme Musées au Sénat, cette initiative vise à mettre en valeur les œuvres d’art en provenance de musées et de galeries de partout au pays.

« Nous poursuivons l’objectif que nous nous sommes fixé en tant que Comité spécial sur l’Arctique : réunir le Nord et le Sud. Grâce à ce prêt, ceux d’entre nous qui vivent dans le Sud auront un aperçu poignant du Nord et de ses réalités à travers les œuvres de ces artistes. »Patricia Bovey, sénatrice canadienne
Parmi les œuvres présentées, signalons celle de Kenojuak Ashevak «Talelayu Opiitlu». (Ernest Mayer/Musée des beaux-arts de Winnipeg)

Notons que le centre d’art inuit Qaumajuq est également le lieu d’accueil temporaire de la collection des beaux-arts du gouvernement du Nunavut, qui est actuellement gérée par le WAG. La conservatrice d’art inuit de la galerie, Darlene Coward Wight, espère que les œuvres présentées au Sénat permettront à la population de mieux connaître les Inuit et leur culture.

« Ces œuvres d’artistes inuit d’hier et d’aujourd’hui inciteront sans doute les spectateurs à découvrir les histoires des Inuit », a indiqué Mme Coward Wight.

La technique de la gravure, introduite dans le Grand Nord dans les années 1950, a « d’abord été adoptée par la communauté de Kinngait (Cape Dorset), au Nunavut », explique le Sénat. À ce titre, Kenojuak Ashevak et Pitaloosie Saila, deux artistes dont les œuvres sont exposées à la Chambre haute, comptaient parmi les graveurs de Kinngait.

Au fil des décennies, cette technique s’est répandue dans l’Arctique canadien, notamment dans des communautés comme Puvirnituq, Ulukhaktok (Holman), Baker Lake et Pangnirtung, où s’est d’ailleurs distingué Andrew Qappik.

Chacune des grandes communautés reconnues pour leurs gravures est représentée dans la collection exposée à l’édifice du Sénat du Canada, rappelle Mme Coward Wight. « Les estampes ont permis aux Inuit de faire connaître leur culture aux gens du Sud. »

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.