Plusieurs travailleurs en quarantaine à la mine Mary River, au Nunavut

Neuf employés de la mine de fer Mary River ont été placés en quarantaine au Nunavut. (Baffinland Iron Mines Corporation)
La compagnie minière Baffinland a placé en quarantaine neuf employés de sa mine de fer Mary River, dans l’est du Nunavut, en raison d’un cas présumé de COVID-19.
« Aucun d’entre eux n’a de symptômes, mais nous allons continuer de les tester toutes les 12 heures. Ils vont rester [en isolement] pendant un minimum de 14 jours. »Tim Sewell, directeur de la santé et de la sécurité de la mine Mary River

Mercredi soir, l’entreprise a avisé le gouvernement du Nunavut qu’un de ses travailleurs avait reçu deux résultats positifs consécutifs à ses tests de dépistage de la COVID-19.

Aucun autre cas de COVID-19 n’a été enregistré au territoire depuis.

Les autorités sanitaires attendent cependant de recevoir le résultat d’analyse d’un laboratoire ontarien avant de confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un cas de COVID-19.

« Nous ne pourrons pas le considérer comme [un cas] confirmé tant qu’il n’aura pas été testé dans un laboratoire de la santé publique dans le Sud », a précisé, jeudi, le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson.

Le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson. (Beth Brown/CBC)
Déploiement d’un plan d’intervention

L’équipe médicale de la mine procède à un test de dépistage à l’arrivée de chaque travailleur, indique Tim Sewell. Les employés doivent ensuite s’isoler jusqu’à ce qu’ils reçoivent leur résultat. Puis, cinq jours après leur arrivée sur le site, ils sont testés à nouveau.

Tim Sewell affirme que c’est à l’issue de ce deuxième test de dépistage que le travailleur a reçu un résultat positif.

« Nous avons immédiatement amorcé notre plan d’intervention en cas de pandémie », explique-t-il.

Il affirme que cette personne ne présente actuellement aucun symptôme et que l’équipe médicale juge minimes les risques de transmission aux autres employés de la mine.

« En ce moment, la situation est entièrement circonscrite. »Tim Sewell, directeur de la santé et de la sécurité de la mine Mary River
Faibles risques de transmission, selon les autorités sanitaires

Puisque les employés de la mine sont considérés comme des travailleurs essentiels, ils ne sont pas tenus d’effectuer une quarantaine obligatoire avant d’entrer au territoire.

Jeudi, en point de presse, le ministre de la Santé, George Hickes, a assuré que les employés de la mine n’avaient pas de contact avec les habitants de communautés environnantes, telle que Pond Inlet, qui est située à environ 176 kilomètres du site minier.

Le gouvernement du Nunavut a annoncé la semaine dernière un cas présumé de COVID-19 sur le site de la mine Mary River, sur l’île de Baffin. (Baffinland)

Selon l’entreprise, environ 3600 tests de dépistage ont été effectués à la mine Mary River.

Baffinland est autorisée à poursuivre ses activités, mais Tim Sewell affirme que la minière « n’hésitera pas à cesser ses opérations » si la situation change et si ses employés sont mis à risque.

La compagnie minière indique par ailleurs avoir enregistré un autre cas positif parmi les neuf personnes en quarantaine, mais que ce cas s’est plus tard révélé négatif, et ce, à deux reprises.

« Nous pensons qu’il s’agissait d’un écouvillon contaminé », indique Tim Sewell.

Avec les informations de Beth Brown

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *