Arctique canadien : le cas de COVID-19 au Nunavut déclaré faux positif

Il n’existe plus de cas confirmé de COVID-19 au Nunavut, annonce le gouvernement territorial. (Chris Wattie/Reuters)
Le gouvernement du Nunavut déclare que le cas de COVID-19 annoncé jeudi à Pond Inlet était un faux positif.

« Je suis certain que c’est un soulagement pour de nombreuses personnes, en particulier pour la personne concernée ainsi que sa famille et la communauté de Pond Inlet », a souligné le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq.

Le médecin hygiéniste en chef du territoire, Michael Patterson, affirme que l’écouvillon initial de la personne testée a été analysé une deuxième fois, à la demande des autorités sanitaires. La personne a également été testée à nouveau pour la COVID-19 et le résultat est revenu négatif.

« C’est un laboratoire du Sud qui a conclu que le résultat initial était positif », a-t-il précisé. Selon le Dr Patterson, chaque technologie et laboratoire doit prendre en considération la marge d’erreur des tests de dépistage.

« La [marge d’erreur] des faux positifs dépend beaucoup de la machine elle-même, mais aussi du nombre de cas de COVID-19 dans la collectivité, a expliqué le médecin hygiéniste en chef. Il est donc très difficile de déterminer le taux de [marge d’erreur] qui s’applique à chaque machine que nous utilisons. »

Vendredi, une équipe d’intervention d’urgence a été déployée à Pond Inlet pour effectuer des tests de dépistage et pour retrouver les personnes qui avaient été en contact avec la personne considérée comme infectée.

« Le déploiement [de l’équipe d’intervention d’urgence] a très bien fonctionné, a affirmé le Dr Patterson. Le maintien des vols quotidiens nous a permis de recevoir des renseignements très rapidement. »

Michael Patterson est le médecin hygiéniste en chef du Nunavut. (Beth Brown/CBC)

Les quelque 20 personnes testées par les membres de l’équipe d’intervention d’urgence ont également reçu des résultats négatifs, selon les autorités sanitaires. Leurs écouvillons ont été analysés à Iqaluit, où la technologie GeneXpert, de l’entreprise américaine Cepheid, avait été mise en place en cas d’éclosion de premiers cas.

Jusqu’à maintenant, les tests de dépistage de la COVID-19 sont analysés en Ontario, puisque le Nunavut ne dispose pas de laboratoire de virologie prévu à cet effet.

« De nouveaux tests ont été effectués vendredi et c’est à ce moment-là où nous avons commencé à soupçonner que nous avions affaire à un faux [cas] positif. »Michael Patterson, médecin hygiéniste en chef du Nunavut

Avec ce nouvel état des lieux, le gouvernement territorial a annoncé que les restrictions entourant les déplacements en partance et en provenance de Pond Inlet étaient désormais levées.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.