Le gouvernement canadien préoccupé par un projet dans l’Arctique affectant la faune locale

Des caribous de la harde de caribous de la Porcupine migrent vers la plaine côtière de l’Arctic National Wildlife Refuge dans le nord-est de l’Alaska. (U.S. Fish and Wildlife Service/AP)
Le ministre canadien de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, s’est dit préoccupé mardi par un projet de prospection sismique dans la réserve faunique nationale de l’Arctique actuellement en examen aux États-Unis pouvant avoir des conséquences néfastes sur les animaux vivants dans la réserve.

Située en Alaska, cette réserve naturelle abrite de nombreuses espèces essentielles aux peuples autochtones Gwich’in et Inuvialuits. 

« Le caribou de la Porcupine et ses terrains de mise bas sont d’une importance inestimable pour la culture et la subsistance des Gwich’in et des Inuvialuits », a déclaré par voie de communiqué M. Wilkinson. 

Le ministre dit suivre de très près « les projets de développement dans la réserve et leurs effets potentiels » car les espèces sauvages y vivant vont de part et d’autre de la frontière canado-américaine. 

Le projet de prospection sismique nommé Marsh Creek East Seismic Exploration fait actuellement l’objet d’un examen environnemental par les États-Unis. La période de consultation publique touche bientôt à sa fin et le gouvernement canadien a soumis des commentaires officiels pour le processus d’évaluation.

« Le Canada a passé en revue les documents pertinents, en s’intéressant tout particulièrement aux effets sur les espèces visées par les accords de gestion conclus avec les États-Unis, soit le caribou de la Porcupine, l’ours blanc et les oiseaux migrateurs. »Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Ottawa estime notamment que la durée de ce projet peut avoir une incidence sur la période de mise à bas des caribous et qu’il « ouvrirait la porte à de futures activités de développement sur leurs principaux terrains de mise bas ».

Une femelle caribou de la Porcupine avec son petit dans la réserve faunique nationale de l’Arctique. (Peter Mather/Gouvernement du Canada)

Lundi, la Banque Toronto-Dominion a déclaré qu’elle ne fournira pas de services financiers spécifiques aux projets d’activités liées au pétrole et au gaz dans le cercle arctique.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de son plan visant à atteindre des émissions nettes zéro d’ici 2050.

« À notre avis, le développement représente un risque important pour la harde ainsi que pour les peuples autochtones et les habitants du Nord qui en dépendent. »Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Le cercle arctique « se réchauffe beaucoup plus rapidement que le reste de notre planète, ce qui pose le risque d’une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et d’un réchauffement accru », a déclaré la banque dans un communiqué.

Les peuples autochtones vivant près de la réserve ont également fait pression sur d’autres banques canadiennes pour qu’elles n’aident pas à financer le projet de prospection sismique.

La Banque Royale du Canada (RBC) et la Banque de Montréal ont notamment rejoint une vingtaine d’autres grandes institutions financières qui ont indiqué qu’elles ne financeraient pas le développement des ressources dans la réserve.

Avec les informations de Reuters

Mathiew Leiser

Mathiew Leiser, Regard sur l'Arctique

Né dans le sud de la France d'une mère anglaise et d'un père français, Mathiew Leiser a parcouru le monde dès son plus jeune âge. Après des études de journalisme international à Londres, il a rapidement acquis différentes compétences journalistiques en travaillant comme journaliste indépendant dans divers médias. De la BBC à l'Agence France Presse en passant par l'agence d'UGC Newsflare, Mathiew a acquis de l'expérience dans différents domaines du journalisme. En 2019, il décide de s'installer à Montréal pour affronter les hivers rigoureux et profiter des beaux étés mais surtout développer son journalisme. Il a rapidement intégré Radio Canada International où il s'efforce de donner le meilleur de lui-même au sein des différentes équipes.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *