Malgré la pandémie dans le Grand Nord canadien, l’industrie minière du Yukon s’en sort mieux que prévu

Les sessions du Forum géoscientifique ont été diffusées en ligne. Ici, le directeur général de la Chambre des mines, Samson Hartland (à droite), s’entretient avec le grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston. (Alistair Maitland)
Le grand rassemblement annuel de l’industrie minière du Yukon s’est tenu virtuellement, ces derniers jours, mais l’absence de réseautage en personne n’a pas empêché les quelque 450 participants inscrits de célébrer une année qui aurait pu être bien pire, selon eux.

Le président de la Chambre des mines du Yukon, Ed Peart, qui organise l’événement annuel, affirme que le positivisme vient avec le regard vers l’avenir.

« L’ambiance est bonne, si ce n’est de la COVID. Il y a beaucoup d’excitation avec la reprise des activités d’Alexco, de bonnes nouvelles du côté de BMC Minerals [et] beaucoup d’excitation avec des investissements du côté de l’exploration. »Ed Peart, président de la Chambre des mines du Yukon

La minière Alexco a annoncé cette semaine le retour de l’exploitation de sa mine d’argent, de plomb et de zinc, Bellekeno, au centre du territoire, fermée depuis 2013.

Selon les données du gouvernement du Yukon, les investissements en exploration devraient atteindre environ 80 millions de dollars pour plus de 90 projets d’exploration d’ici la fin de l’année.

S’il s’agit d’une baisse de plus du tiers par rapport à l’année précédente, ces résultats sont bien meilleurs que ceux qu’anticipait l’industrie avec l’arrivée de la pandémie, explique le directeur des services minéralogiques de la Commission géologique du Yukon, Scott Casselman.

La mine de cuivre et d’or de Minto Mine, au Yukon. (Capstone Mining Corp)

Le directeur ajoute que la montée du prix de l’or à plus de 2000 $ canadiens l’once a également contribué à des résultats enviables avec une production d’environ 165 millions de dollars cette année, soit 45 millions de dollars de plus qu’en 2019.

« C’est une fin d’année en force. En fait, certaines entreprises d’exploration n’ont toujours pas terminé leurs programmes. »Scott Casselman, directeur des services minéralogiques de la Commission géologique du Yukon

Avec la baisse du prix de l’essence, ces derniers mois, Scott Casselman affirme que les chercheurs d’or s’en sortent bien.

Le Forum géoscientique annuel de l’industrie minière du Yukon affiche généralement complet. Cette année, les sessions et les rencontres d’affaires se sont tenues de façon virtuelle. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Des restrictions sanitaires problématiques

La préoccupation principale pour l’industrie demeure la mobilité de la main-d’œuvre, selon Ed Peart.

« La quarantaine de 14 jours est néfaste et nous aimerions voir comment aborder la question de façon sécuritaire, soit par des tests rapides [ou] des plans d’exploitation approuvés par le [gouvernement]. »Ed Peart, président de la Chambre des mines du Yukon

Entretemps, le président affirme que l’industrie se prépare avec optimisme à la prochaine saison.

« En général, tout le monde croit que l’été prochain en sera un bon. Évidemment, cette COVID va beaucoup dicter comment ça se passera, mais en général, les gens sont optimistes à propos de l’industrie minière en 2021 et dans le futur. »

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *