Dans le Grand Nord canadien, le Boom des demandes d’adoption de chiens au Yukon

Plusieurs familles ont décidé d’adopter un chiot pendant la pandémie. (Laures/iStock/Getty Images)
L’année 2020 a peut-être été difficile pour de nombreux Yukonnais, mais elle a été clémente pour les chiots du territoire. Le Yukon Animal Rescue Network (YARN) et la Humane Society du Yukon notent tous deux une hausse du nombre de demandes d’adoption de chiens.

La résidente de Watson Lake Cheryl McGrath doit se préparer à faire face à un flot de messages et de nouvelles demandes à chaque fois qu’elle met un nouveau chiot en adoption sur le réseau du YARN.

« C’est tout simplement fou, dit-elle. Je peux mettre un seul chiot disponible pour l’adoption et je reçois une douzaine d’applications d’adoption et une autre douzaine de messages [de personnes intéressées]. »Cheryl McGrath, refuge Yukon Animal Rescue Network

Selon elle, diriger l’organisme en tant que bénévole au cours de la dernière année a été toute une affaire, qu’elle a dû gérer en même temps que son travail à temps plein.

Ce n’est pas qu’il y a plus de chiens qui sont mis en adoption, remarque-t-elle. C’est la demande qui a augmenté.

« Je crois avoir [trouvé une maison] à près de 150 chiots cette année encore, en plus de plusieurs chiens adultes », dit-elle.

« Les gens se battent pour avoir les chiots. J’ai beaucoup plus d’adoptants potentiels que de chiots. »Cheryl McGrath, refuge Yukon Animal Rescue Network

Elle note aussi avoir dû faire face à l’impatience de certains Yukonnais, qui n’ont pas reçu les réponses qu’ils voulaient.

« Je fais de mon mieux et c’est le mieux que je peux », admet-elle.

Norton et Wombat, tous deux âgés de 6 ans, proviennent du YARN. (Sharon Nehring-Willson/Facebook)

Cette hausse de la demande d’adoption a aussi été ressentie à la Humane Society, selon sa directrice, Shelley Williamson.

« Nous avons beaucoup de demandes pour des chiots et des chatons », dit-elle. « Je pense que nous avons aussi constaté que les gens sont beaucoup plus disposés à accueillir les animaux plus âgés, qui sont peut-être [au refuge] depuis longtemps. »

Shelley Williamson indique aussi que le refuge de la Humane Society de Whitehorse a également reçu moins d’animaux en 2020.

Le temps d’attente des animaux recueillis est aussi en baisse, selon elle. La plupart d’entre eux n’attendent que deux semaines avant d’être adoptés.

« Je dirais que c’est plus qu’inhabituel et qu’il y a une plus grande volonté des gens de prendre des animaux qui ont peut-être quelques problèmes de comportement », conclut la directrice.

Même avec cette hausse de demande, la Humane Society et le YARN assurent tous deux faire attention à ceux qui adoptent les animaux.

Avec des informations de Cheryl Kawaja

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.