La fonte de l’Arctique, un phénomène inquiétant et très bien documenté

Depuis 20 ans, la planète aurait perdu pas moins de 28 000 milliards de tonnes de glace en raison du réchauffement climatique. (François Gagnon/Radio-Canada)
Lorsque vient le temps de constater les effets du réchauffement de la planète, les images satellites, combinées à la science climatique, ne mentent pas. Cela est particulièrement vrai lorsqu’on observe la banquise de l’Arctique.

Depuis la fin des années 1970, des scientifiques suivent son évolution mois après mois, et leur constat est accablant : d’une superficie d’environ 3 millions de kilomètres carrés en 1989, la banquise de l’Arctique est passée en 2019 à… 250 000 kilomètres carrés.

Alexandre Shields, journaliste spécialisé en environnement au quotidien Le Devoir, dresse le portrait plutôt inquiétant de la situation dans l’océan Arctique. Pour voir l’évolution de l’état de la banquise arctique, le journaliste suggère de regarder une modélisation réalisée par l’Union américaine de géophysique, une organisation à but non lucratif de géophysiciens qui compte 41 000 membres provenant de 130 pays.

Écoutez l’émission Comment fait-on pour mesurer que les glaces de l’Arctique fondent plus vite?

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *