Dans le Grand Nord canadien, un premier cas de COVID-19 dans une communauté inuit de la côte nord du Labrador

Un avis a été diffusé pour la communauté isolée de Makkovik, où un cas présumé de COVID-19 a été détecté. (Gary Andersen)
Même si une bonne partie de la population a déjà reçu la première dose du vaccin Moderna contre la COVID-19, les leaders du Nunatsiavut sont très préoccupés par la découverte d’un cas de la maladie dans la communauté éloignée de Makkovik.

Dans un communiqué, le gouvernement du Nunatsiavut indique qu’une personne qui a voyagé récemment à Saint-Jean a reçu un résultat positif. Le cas est qualifié de présumé jusqu’à la confirmation des autorités de la santé publique de Terre-Neuve-et-Labrador. Le test sera envoyé à Saint-Jean jeudi pour analyse.

Mais les autorités ne veulent courir aucun risque. Tous les vols sont suspendus sauf pour les urgences médicales.

On demande aussi aux citoyens des communautés avoisinantes de ne pas circuler d’un village à l’autre en motoneige. On leur demande de demeurer dans leur résidence et d’éviter les contacts hors de leur bulle familiale.

« Il faut que les gens restent chez eux. C’est très sérieux. »Gerald Asivak, ministre de la Santé du gouvernement du Nunatsiavut

« Il y a un vol nolisé qui va arriver [jeudi] avec des infirmières de la santé publique, des écouvillons. Notre plan est de dépister toute la communauté en utilisant des tests rapides », ajoute M. Asivak. « Nous allons dépister tout le village aujourd’hui et demain. […] On va avoir deux jours très occupés. »

Carte de Terre-Neuve-et-Labrador. (Radio-Canada)

Depuis le début de la pandémie, il y a eu sept cas de COVID-19 dans la région sanitaire de Labrador-Grenfell, qui englobe tout le Labrador et une partie de la Grande Péninsule du Nord.

« Je demande aux gens d’avoir de la compassion », affirme l’angajukKâk, Barry Andersen, le chef du gouvernement du Nunatsiavut à Makkovik. « Je suis certain que dans une petite communauté comme Makkovik, les gens vont rapidement apprendre qui aurait attrapé la COVID. Mais il n’y a personne qui essaie de devenir malade. »

La vaccination va bon train

Plusieurs communautés au Labrador ont déjà reçu deux doses du vaccin Moderna au cours des dernières semaines.

À Makkovik, 163 personnes adultes ont reçu leur première dose entre le 11 et le 16 janvier. Cela représente 74 % de la population admissible. La deuxième dose du vaccin a été administrée au cours de la semaine du 8 février.

Les communautés de Nain, Rigolet, Postville et Hopedale ont aussi reçu leur deuxième dose entre le 13 et le 16 février.

Gerald Asivak, ministre de la Santé du gouvernement du Nunatsiavut, invite sa communauté à ne pas baisser la garde face à la COVID-19. (Garrett Barry/CBC)

La santé publique demande aux personnes qui n’ont pas reçu leur vaccin et qui voudraient le recevoir de contacter l’infirmière de la santé publique de leur communauté.

La présidente de Nunatsiavut, Johannes Lampe, demande aux personnes vaccinées de continuer à respecter les protocoles de la santé publique.

« Cela inclut une bonne hygiène des mains, porter un masque et maintenir la distanciation de deux mètres avec les gens hors de votre bulle familiale. »Johannes Lampe, présidente de Nunatsiavut

Les membres de la communauté de Makkovik sont invités à contacter le 811 s’ils ont un symptôme relatif à la COVID-19, soit un souffle court, des difficultés à respirer, une toux, de la fièvre, des frissons, de la fatigue ou de la faiblesse, des douleurs abdominales, de la diarrhée ou des vomissements.

Le maire de Happy Valley-Goose Bay, Wally Andersen, indique que la recherche des contacts a aussi commencé dans sa ville. Le résident de Makkovik qui est possiblement atteint de la COVID-19 a dû voyager à Goose Bay avant de prendre l’avion à Makkovik.

Avec les informations de Patrick Butler

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *