Une collaboration entre plusieurs partenaires privés pour la construction des futurs brise-glaces canadiens

limpact-geopolitique-des-changements-climatiques-dans-larctique-pour-le-canada
Le brise-glace Henry Larsen de la Garde côtière canadienne au Nunavut, en 2010. (Sean Kilpatrick/La Presse canadienne)
Le chantier maritime Davie a annoncé s’être associée avec les entreprises canadiennes Vardo et Serco pour le renouvellement de la flotte de brise-glaces au pays.

Alors que Davie qui a lancé son Centre national de brise-glaces en aout dernier est en voie de devenir le troisième chantier naval partenaire du gouvernement canadien, l’entreprise se veut le chef de file international dans la conception et la construction de navires capables de naviguer dans les glaces.

À ce titre, la société basée à Lévis au Québec espère « confirmer son leadership » dans la construction prochaine d’un brise-glace baptisé « brise-glace polaire » en vertu de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN) du gouvernement fédéral.

Dans les faits, ce partenariat de plusieurs milliards de dollars représente un carnet de commandes de six brise-glaces polaires à travers plusieurs chantiers navals du pays dont la livraison est prévue sur 20 ans.

« Nous consolidons les compétences, les capacités et des programmes entiers au Centre national des brise-glaces du Canada. Ensemble, nous pouvons commencer à travailler sur le brise-glace polaire dès aujourd’hui pour faire en sorte que ce navire hautement stratégique protège sans délai les intérêts du Canada dans l’Arctique. »James Davies, Président et Chef de la direction, Chantier Davie Canada
(Chantier maritime Davie)

Dans un communiqué de presse, Davie a expliqué que les brise-glaces du Canada ont « largement » dépassé leur espérance de vie. « Le NGCC Louis S. St-Laurent sert le Canada avec distinction, mais il est entré dans sa sixième décennie. Le NGCC Terry Fox approche rapidement ses 40 ans de service. »

L’entreprise assure que lorsque ces les navires seront remplacés par des brise-glaces « de pointe », le Canada sera en mesure de maintenir une présence continue dans l’Arctique. En s’associant avec le concepteur de brise-glaces Vard et la boîte d’ingénierie Serco, le chantier maritime Davie prévoit commencer la production de son projet de brise-glaces d’ici 2025.

« Étant un véritable État arctique dont les communautés sont dispersées sur un territoire très vaste, le Canada a de plus en plus besoin d’un brise-glace polaire ultramoderne, polyvalent et écologique pouvant protéger les intérêts cruciaux des Canadiens. »James Davies, Président et Chef de la direction, Chantier Davie Canada

Le communiqué de presse ajoute qu’avec une flotte flambant neuve, « le Canada profitera à des générations de Canadiens, y compris aux communautés du Nord, en permettant un commerce sous glace, en soutenant la souveraineté de l’Arctique et en protégeant l’environnement polaire. »

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.