Frontière Alaska-Yukon : soulagement à l’annonce de la réouverture aux Américains

L’économie de la petite ville de Skagway, en Alaska, dépend presque en totalité du tourisme généré par les bateaux de croisière. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Les Américains doublement vaccinés qui vivent près du Yukon se sentent rassurés à l’idée de pouvoir revenir au territoire, que cela soit pour faire des emplettes, revoir des amis ou faire soigner leurs animaux de compagnie. Certains détails restent cependant flous.

Quelques minutes après l’annonce du gouvernement canadien sur la réouverture de la frontière aux Américains complètement vaccinés, la ville de Skagway, en Alaska, est en ébullition.

« L’annonce a été beaucoup partagée sur les réseaux sociaux ici », explique Karla Ray, une entrepreneure locale qui possède notamment l’entreprise de crème glacée et friandises Kone Kompany.

Le maire de la petite ville côtière, Andrew Cremata, est lui aussi ravi de l’annonce d’Ottawa. « Ma femme et moi allons venir pour faire du camping et pêcher, deux activités qui nous ont vraiment manqué cette dernière année et demie. »

La crèmerie Kone Kompany est un arrêt incontournable de Skagway. Mais comme pour les autres commerces saisonniers, la pandémie a été très difficile pour ses propriétaires. (Photo : Karla Ray)

Karla Ray a aussi hâte de revoir des amis yukonnais eti de régler certaines choses. « J’ai mon pare-brise qui est cassé depuis plus d’un an, je dois le faire réparer », explique-t-elle, tout en précisant qu’il n’y a pas, à Skagway, de mécanicien automobile à temps complet.

Elle pense néanmoins qu’elle ne pourra pas passer la frontière tout de suite, car la ville alaskienne reçoit la semaine prochaine son premier bateau de croisière, ce qui devrait beaucoup l’occuper dans les jours à venir.

Larry Bagnell, le député fédéral du Yukon, se réjouit, pour sa part, pour l’industrie touristique du territoire, après ces 18 mois très difficiles.

Cette décision va aider les Yukonnais plus que le reste du pays, car le tourisme représente une part plus importante dans notre économie que dans la plupart des autres provinces et territoires.Larry Bagnell, député du Yukon
Pas de réciprocité pour le moment

Mme Ray et M. Cremata attendent la réciprocité de la mesure avec impatience. « Nous avons vraiment hâte d’accueillir les gens du Yukon chez nous rapidement et nous sommes prêts. Nos stationnements pour véhicules récréatifs sont prêts, et nos emplacements de camping sont prêts aussi », affirme le maire.

Il pense que les États-Unis lui rendront la pareille rapidement.

J’espère que, d’ici l’automne, nous pourrons organiser un grand évènement pour tous ceux qui le veulent entre les résidents de Skagway et du Yukon.Andrew Cremata, maire de Skagway

Si Larry Bagnell ne sait pas non plus quand les Américains rouvriront leurs frontières aux Canadiens, il affirme que les dirigeants des deux pays sont en contact constant pour faire avancer les choses.

Selon lui, la réciprocité n’est pas qu’une question de voyages d’agrément. « Plusieurs Yukonnais ont leur bateau à Skagway, par exemple. Donc, c’est très important pour eux de pouvoir passer la frontière pour voir si leur embarcation n’a pas coulé ou est endommagée après tous ces mois sans entretien. »

Des détails encore flous

Du côté de Haines, le maire Douglas Olerud avoue ne pas encore être sûr de certains détails, comme celui d’une preuve de résultat négatif à un test de dépistage du SRAS-COV-2, à l’origine de la COVID-19.

Si Ottawa a annoncé que les Américains vaccinés qui entrent au Canada à partir du 9 août passeront un test de façon aléatoire à leur arrivée, ils devront tout de même se prévaloir d’un test négatif réalisé moins de 72 heures avant de quitter leur pays.

Malgré l’amélioration de la situation sanitaire au Yukon, l’industrie touristique du territoire devrait encore connaître un été difficile. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)

Par ailleurs, seuls les Canadiens peuvent venir au Yukon. Le gouvernement territorial n’a pas annoncé que les Américains vaccinés seraient les bienvenus dans un avenir proche. Les règles peuvent, bien sûr, changer d’ici au 9 août.

À noter également que l’aéroport de Whitehorse n’est pas habilité à accueillir des vols internationaux. Les Américains voulant venir au Yukon devront a priori le faire par la route.

Quoi qu’il en soit, et malgré les questions en suspens, Douglas Olerud affirme lui aussi avoir hâte de revenir au Yukon pour revoir des amis ou profiter de la nature. « On a un peu tout tenu pour acquis et maintenant on apprécie plus ces choses. »

Laureen Laboret, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.