Chronique | Yukon Bay : le Grand Nord canadien dans un zoo en Allemagne

Au coût de 50 millions de dollars, Yukon Bay du Zoo de Hanovre est très probablement la meilleure promotion du Yukon pour laquelle les Yukonnais n’ont rien payé. (Lukas Spoerl/Erlebnis Zoo Hannover)

Un peu plus de 6800 km séparent le Yukon de l’Allemagne. Pourtant, au beau milieu de ce pays d’Europe, il ne m’a suffi que d’un voyage au zoo pour me retrouver, entre les girafes et les lamas, en terre yukonnaise.

Du moins, c’est comme ça que je me suis senti en visitant le Zoo de Hanovre et sa Yukon Bay, cet été.

J’avais déjà entendu dire qu’il existait un parc thématique sur le Yukon quelque part en Europe.

Je savais aussi que l’allemand est la quatrième des langues les plus parlées au Yukon et qu’après les Américains, les touristes allemands sont les plus nombreux à visiter le territoire chaque année.

Bref, je savais que les Allemands aiment bien le Yukon, mais cela n’a pas empêché d’être surpris lorsque, en visitant le zoo, je me suis retrouvé devant l’entrée d’une mine me souhaitant la bienvenue à la baie du Yukon.

« J’ai beau prendre cinq avions et faire des heures de voyage, me voilà de retour dans le Grand Nord », ai-je soupiré intérieurement. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Bon, je vais l’avouer, ma première réaction a été de rire du fait qu’il y a des ours polaires et des manchots dans ce Yukon d’Allemagne.

Les ours polaires visitent parfois l’extrême nord du territoire, mais le Yukon n’est certainement pas reconnu pour ses manchots du Cap, qui viennent… d’Afrique.

Je comprends que ce n’est qu’un zoo et qu’il n’a pas à respecter les zones migratoires du manchot du Cap, mais quand même. Peut-on, s’il vous plaît, m’expliquer ce qu’ils font là? (Il s’avère que oui. Plus de détails là-dessus plus tard.)

Je ne suis pas un expert en manchots, mais je sais qu’il n’y en a pas en Arctique. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Ce sont ensuite les panneaux, l’architecture et l’attention portée aux détails qui m’ont intrigué.

Pendant que ma copine et sa famille cherchaient désespérément les loups trop bien cachés en cette chaude journée d’été, je me demandais comment d’anciens panneaux du gouvernement du Yukon s’étaient retrouvés ici.

Pendant que certains cherchent les loups, je me demande si ce numéro de téléphone du gouvernement fonctionne encore. (Mario Di Ciccio/Radio-Canada)
La création de Yukon Bay

Yukon Bay est né de la nécessité du Zoo de Hanovre de se moderniser pour respecter les nouvelles normes de l’Europe du début du 21e siècle. Le but était de troquer les cages pour des espaces plus ouverts et humains. Une façon aussi de donner une expérience plus immersive aux visiteurs.

Au départ, le zoo s’est arrêté sur l’Alaska pour situer l’habitat thématique pour ses animaux d’Amérique du Nord. Le zoo a fait des appels un peu partout en Alaska sans jamais recevoir de réponse.

Quelqu’un, quelque part, a ensuite pensé au voisin de l’Alaska : le Yukon.

Entre en scène Holger Bergold, un amoureux du Yukon et représentant de Tourisme Yukon en Allemagne depuis 1994.

Holger Bergold, à gauche, en compagnie de l’ancien directeur du Zoo de Hanovre Klaus-Michael Machens, qui était en poste lors de la création de Yukon Bay. (Photo : Holger Bergold)

« Ils ont contacté tout ce qui portait le nom de  »Yukon » et je suis finalement la seule personne qui leur a répondu, dit-il de son bureau à Francfort. Probablement que les gens pensaient qu’ils voulaient de l’argent ou quelque chose comme ça. Mais, par intérêt, je leur ai demandé ce qu’ils voulaient. »

Plusieurs rencontres et discussions sur le Yukon, ses animaux et son histoire plus tard, l’équipe d’architectes s’est posée sur le territoire, à Dawson notamment, pour y prendre des photos et voir ce que le Yukon avait à offrir.

« Ils se sont occupés de tous les détails importants comme de recréer les bâtiments », explique le directeur de la promotion touristique mondial du ministère yukonnais du Tourisme, Robin Anderson.

Les architectes du zoo se sont inspirés de l’architecture de Dawson City. (Photo : Erlebnis Zoo Hannover)

« Mais afin de compléter le tableau et de le rendre vraiment authentique, ils ont demandé notre aide pour fournir toutes sortes de souvenirs du Yukon, des antiquités ou de vieux panneaux des bureaux gouvernementaux. »

C’est ainsi que Yukon Bay a ouvert ses portes en 2010, après des travaux qui ont coûté plus de 36 millions d’euros (environ 52 millions de dollars canadiens).

Dix ans plus tard, le résultat reste impressionnant, même pour ceux, comme moi, qui ont vu le vrai Yukon.

Une grosse porte de mine sert d’entrée à Yukon Bay. (Mario Di Ciccio/Radio-Canada)

« On a vraiment l’impression d’être au Yukon, dit Robin Anderson. Même dans la zone des toilettes, les gens qui sont allés au Grand Palace Theatre de Dawson reconnaîtront le papier peint, le style de l’entrée et même les ampoules nues suspendues au plafond. »

Aucun détail n’était trop petit pour qu’ils puissent le recréer. Et c’est super impressionnant.Robin Anderson, directeur de la promotion touristique mondiale, gouvernement du Yukon

« Lors de nos premières visites, je peux vous dire qu’ils étaient sur les nerfs, ils avaient peur que de vrais Yukonnais trouvent des erreurs, me dit-il. Mais vous l’avez vu, il n’y en a pas. Ils ont beaucoup travaillé pour le faire correctement. »

Pour honorer les peuples autochtones du Yukon, le Zoo de Hanovre a installé deux totems fabriqués par le maître sculpteur Tlingit Keith Wolfe. (Photo : Holger Bergold)

Au fait, qu’en est-il des manchots?

Le zoo a inventé une histoire pour justifier leur présence en sol yukonnais et aménagé un navire de cargaison dans la baie fictive de Yukon Bay pour l’illustrer.

Ça tient la route… je crois.

Selon l’histoire du zoo, le capitaine du Yukon Queen aurait ramené avec lui une colonie de manchots à Yukon Bay. Il y a ensuite ouvert le zoo de manchots le plus septentrional dans le monde. (Mario De Ciccio/Radio-Canada et Holger Bergold)
L’ambassade du Yukon en Allemagne

Pour Robin Anderson et Holger Bergold, dont le travail est de vendre le Yukon aux touristes allemands, Yukon Bay est un énorme coup de pouce promotionnel.

C’est une promotion énorme et continue du Yukon. Chaque année, plus de 1 million de personnes vont dans ce zoo et voient le nom de Yukon.Holger Bergold, représentant de Tourisme Yukon en Allemagne
Holger Bergold et Tourisme Yukon ont pris l’habitude de visiter Yukon Bay, d’y amener des clients européens ou d’y organiser des événements. C’est en quelque sorte devenu l’ambassade non officielle du Yukon en Allemagne.

En 2014, le directeur de la promotion touristique mondiale du ministère du Tourisme du Yukon, Robin Anderson, l’ambassadeur canadien, Eric Walsh, le premier ministre yukonnais, Darrell Pasloski, le ministre du Tourisme, Mike Nixon, et son sous-ministre, Jeff O’Farrell, ont fait une présentation en direct de Yukon Bay. (Photo : Robin Andreson)

Pour ma part, de retour à mon domicile de Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest, j’ai déjà hâte à mes prochaines vacances.

Je crois bien que j’aimerais les passer dans les vraies montagnes du Yukon.

Mon souvenir de Yukon Bay et du Zoo de Hanovre : une photo de moi en caribou avec un loup beaucoup trop souriant et un bison. (J’ai modifié la photo afin de protéger l’identité de l’arbre.) (Photo : Radio-Canada)

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.