Les records de température d’octobre battus haut la main dans l’Arctique canadien

Le temps était radieux le dimanche 31 octobre 2021 dans le parc Sylvia Grinnell, près d’Iqaluit. (Matisse Harvey/Radio-Canada)
De Resolute Bay à Old Crow, en passant par Iqaluit et Cambridge Bay, le mois d’octobre 2021 a apporté des températures qui ont battu de nombreux records dans le Grand Nord. Aussi loin que remontent les relevés des différentes stations météorologiques, jamais de telles températures moyennes n’avaient été enregistrées.

Les scientifiques s’accordent pour dire que le Nord se réchauffe de deux à trois fois plus vite que le reste du monde. C’est une information qui ressort souvent à la COP26 à Glasgow. Le mois d’octobre 2021 le confirme, puisqu’il bat de nombreux records historiques dans la région.

« Je pense que c’est assez phénoménal, ce que l’on est en train de voir pour le mois d’octobre », dit Armel Castellan, météorologue de sensibilisation aux Alertes à Environnement et Changement climatique Canada. Il confirme que le mois d’octobre a été vraiment « très très chaud, pas juste pendant quelques jours, ni même une semaine ou deux, mais vraiment du début à la fin du mois d’octobre ».

Sur les 27 stations climatologiques que compte le Nunavut, et en un mois seulement, 135 records journaliers de températures maximales ont été enregistrés. Une situation inédite, sans compter que ces nouveaux records s’établissent au-delà de 5 °C au-dessus de la moyenne historique pour plusieurs stations.

Le relevé météorologique le plus impressionnant a été enregistré à la station de Resolute Bay, où les températures ont été supérieures de 9 °C à la moyenne des mois d’octobre. Ce chiffre est d’autant plus impressionnant que les relevés sont effectués depuis 75 ans dans cette communauté.

À Cambridge Bay, le mois d’octobre 2021, qui a connu des températures supérieures de 7,9 °C à la moyenne, établit un triste record à la station en 86 années d’existence.

Si, dans l’ensemble, les températures du sud du Yukon n’ont rien à voir avec les records du reste du Grand Nord, le faible niveau des précipitations enregistrées est particulièrement frappant.

Il s’est abattu sur la capitale yukonnaise, pluie et neige confondues, 9,1 mm de précipitations en octobre, comparativement aux 23,2 mm en moyenne. L’écart est encore plus marqué pour Watson Lake, qui n’a reçu que 17 % des précipitations moyennes, soit de 37,7 mm à 7,2 mm.

Le mois dernier arrive ainsi au deuxième rang des mois d’octobre les plus secs depuis le début des relevés météorologiques en 1939.

Vincent Bonnay, Radio-Canada

Vidéojournaliste au Yukon pour Radio-Canada

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.