La Ville d’Iqaluit, dans le Grand Nord Canadien, distribuera l’eau filtrée des Forces armées canadiennes

Des membres des Forces armées canadiennes sont à Iqaluit depuis un peu plus d’une semaine pour installer deux unités de purification de l’eau par osmose inverse. (David Gunn/CBC)
La Ville d’Iqaluit a annoncé, lundi, qu’elle cessera de pomper l’eau de la rivière Sylvia Grinnell pour des raisons logistiques. La Ville entend livrer plutôt l’eau traitée par les unités des Forces armées canadiennes.

Dans un communiqué, la Municipalité explique que les températures de plus en plus froides compliquent l’opération de pompage à la rivière et pourraient entraîner des bris d’équipement et, ainsi, retarder la livraison d’eau aux résidents.

Les camions-citernes de la ville s’approvisionneront dorénavant de l’eau filtrée par osmose inverse des deux unités de purification déployées par les Forces armées canadiennes.

« C’est la première fois que nous fournissons de l’eau potable à des résidents […] du Nord », affirme le major Scott Purcell, commandant de la Force opérationnelle interarmées Nord.

Contrairement à l’eau puisée à même la rivière, l’eau des unités de purification de l’eau par osmose inverse des Forces armées n’a pas besoin d’être bouillie.

Ce système de traitement des eaux portatif est semblable à ceux utilisés lors de catastrophes naturelles ou de crises humanitaires. Selon le major Scott Purcell, les deux unités peuvent traiter jusqu’à environ 180 000 litres d’eau par jour.

Les points de distribution demeureront les mêmes, soit les stationnements du Complexe des Jeux d’hiver de l’Arctique et ceux de la bibliothèque entre 11 h et 18 h.

Le major Scott Purcell indique que son équipe sera sur place jusqu’au 17 novembre, mais que la demande d’aide fédérale du gouvernement du Nunavut pourrait être prolongée.

En attente de l’approbation de la qualité

Après avoir demandé aux résidents de vidanger leurs canalisations au cours des derniers jours du mois d’octobre, la Ville d’Iqaluit a annoncé le 2 novembre que les résultats des tests de l’eau des aqueducs étaient probants.

Les autorités municipales ont alors indiqué qu’il ne manquait plus que l’approbation du médecin hygiéniste en chef du Nunavut pour reprendre le service d’eau potable.

Aucun suivi toutefois n’a depuis été présenté publiquement.

Des coûts faramineux

En réunion d’urgence vendredi, le conseil municipal a décidé de se tourner vers une aide financière d’urgence du gouvernement territorial pour éponger une partie de ses dépenses qui dépassent 1,5 million de dollars depuis le début de la crise, le 12 octobre dernier.

La principale dépense concerne les rabais sur les frais d’eau potable offerts aux résidents pour toute la durée de la crise.

Les 8000 résidents d’Iqaluit sont privés d’eau du robinet depuis des semaines après que les autorités ont découvert la présence de carburant dans l’un de ses réservoirs souterrains.

Avec les informations de Meral Jamal

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.