Deux Canadiennes du Grand Nord sélectionnées pour une compétition internationale de sculpture sur neige

Avec la sculpture d’une déesse Taniwha, qui, dans la légende maorie, contrôle le passage sur les eaux, Niki Mckenzie et Kris Schlaginweit ont pris la deuxième place en 2021 au festival Snowking de Yellowknife. (Niki McKenzie)
Après avoir fait leurs preuves aux Territoires du Nord-Ouest, deux sculptrices amatrices de Yellowknife s’envoleront le mois prochain pour prendre part à une compétition internationale de sculpture sur neige en Suède.

Il y a cinq ans, Niki McKenzie s’essayait à la sculpture sur le château de neige du festival d’hiver Snowking de Yellowknife en tant que bénévole. Une activité bien loin de son rôle de chef de cuisine à Fishy People Butchery, quoique tout aussi manuelle.

« Je pense que j’ai dû les impressionner suffisamment avec ma discipline au travail pour qu’ils commencent à me payer il y a quelques années. »

Depuis, Niki McKenzie n’a cessé de s’entraîner, jusqu’à ce qu’avec sa partenaire de sculpture, Kris Schlaginweit, elles finissent deuxièmes de la compétition du Snowking en 2021, avec leur sculpture offrant une interprétation de la déesse de la mer maorie Taniwha.

Niki Mckenzie s’envolera vers la Suède, en janvier, pour participer à une compétition internationale de sculpture sur neige. (Niki McKenzie)

À la suite de cette belle performance, et après y avoir été encouragées, les deux femmes se sont inscrites au Festival de la neige de Kiruna et ont été sélectionnées pour la compétition de sculpture sur neige. Du 26 au 30 janvier, elles feront face à cinq autres équipes venues de Suède, le pays hôte, mais aussi de Russie et d’Espagne.

« Je suis nerveuse, car nous n’aurons que trois jours et demi ou quatre pour faire notre sculpture », avoue Niki Mackenzie, précisant que l’équipe devra travailler sur un cube de trois mètres sur trois, le « plus gros » sur lequel elle n’a jamais sculpté.

Elle explique que, puisque Kiruna se trouve juste au-dessus du cercle arctique, les compétiteurs ne bénéficieront que de quatre heures de lumière par jour. Il leur faudra donc, pour la première fois, sculpter dans le noir.

Pour se mettre en forme pour la compétition, pendant laquelle tout doit être fait à la main, la Néo-Zélandaise d’origine affirme avoir sauté sur toutes les occasions de déneigement, sur des exercices de coupage de bois, qu’elle considère comme une façon « nordique » de rester en forme.

Elle espère que le froid, auquel les deux femmes de Yellowknife sont habituées, pourra jouer en leur faveur.

Niki Mckenzie a réalisé plusieurs sculptures de neige représentant des dinosaures pour le château de neige du festival Snowking de Yellowknife.
Un thème féminin maori

Fin janvier, Niki Mckenzie et Kris Schlagintweit présenteront une nouvelle sculpture inspirée des légendes maories : Whaitiri, la déesse aveugle du tonnerre. Un thème qui tient particulièrement à cœur à Niki, qui souhaite partager des histoires peu connues de sa culture.

Nous sommes une équipe entièrement féminine, et c’était agréable de poursuivre sur le thème de la féminité. Et donc je cherche des légendes qui ont un modèle féminin très fort et Whaitiri est fantastique pour cela. C’est une matriarche.Niki McKenzie, chef et sculptrice amatrice

Elle précise que, pour une fois, les deux concurrentes auront la chance de s’entraîner sur un cube de neige avant de réaliser leur sculpture finale.

Un dessin représentant la déesse maorie Whaitiri que Niki Mckenzie et Kris Schlagintweit veulent reproduire pour la compétition à Kiruna. (Niki McKenzie)

Fébriles à l’idée de leur participation, les deux partenaires ont lancé une campagne de financement participatif en ligne pour les aider à payer leur voyage à Stockholm. Elles comptent faire don de tout surplus à la recherche contre le cancer du sein.

Niki Mckenzie ne cache pas qu’elles ont de grandes attentes. « Bien sûr, nous visons toujours la victoire, mais je suis surtout enthousiaste à l’idée de rencontrer des gens du monde entier qui pratiquent le même passe-temps étrange, et peut-être de découvrir de nouvelles idées et d’apprendre de nouvelles techniques. »

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.