Dans le Grand Nord canadien, des Yukonnais se rassemblent en mémoire des morts par surdose

Une trentaine de personnes se sont réunies autour d’un feu pour se souvenir des personnes qui ont perdu la vie en raison de surdoses. (Mike Rudyk/Radio-Canada)
Une trentaine de personnes se sont réunies à Carcross, au Yukon, lors d’une veillée à la bougie en mémoire des personnes mortes par surdose.

Elles ont prié, allumé des bougies et joué des tambours.

Cela survient après l’état d’urgence déclaré par la Première Nation de Carcross/Tagish en raison de la mort en semaine de trois de ses membres emportés par des surdoses d’opioïdes.

La responsable de la veillée à la bougie de samedi, Lyndsay Amato, souligne que ce rassemblement est aussi un moyen de faire pression sur le gouvernement pour que les moyens de prévention de surdoses soient déployés en dehors des grands centres du territoire.

Lorsque l’on perd quelqu’un, on perd une partie de nous-mêmes. Vous rentrez à la maison et une autre personne a disparu. À ce rythme-là, il ne restera plus rien.Lyndsay Amato

Lors de la cérémonie, Lyndsay Amato a eu une pensée pour son frère emporté par une surdose il y a quatre ans. « Je n’ai jamais vraiment récupéré de cette perte, et je pense que je ne m’y ferai jamais. »

D’après Sean McDougall qui travaille pour la Première Nation de Carcross/Tagish, la déclaration d’urgence est un appel à l’aide. Il propose que des programmes soient créés pour prendre en compte la culture autochtone et non pas imposer une méthode « occidentale ».

La coroner en chef du Yukon, Heather Jones, a déclaré que 23 personnes sont mortes au territoire en 2021 en raison de drogues illicites, dont 22 étaient liées à des opioïdes. Ces drogues ont également tué trois autres personnes pendant la première semaine de janvier.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Whitehorse, Teslin, Mayo, Pelly Crossing et Carmacks. Les organisateurs disent avoir invité des représentants du gouvernement, mais ils ne se sont pas déplacés.

Vendredi, le premier ministre Sandy Silver, et la ministre de la Santé Tracey-Anne McPhee ont exprimé dans un communiqué commun leur « profonde tristesse » devant les surdoses mortelles.

D’après les informations d’Anna Desmarais

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.