Une gastronomie d’Afrique de l’Ouest qui réchauffe dans le Grand Nord canadien

Aminata Konaté, qui est installée à Yellowknife depuis novembre 2018, propose mets, sauces et jus inspirés par les saveurs de l’Afrique de l’Ouest à travers son entreprise de traiteur My African Cuisine in YK. (Aminata Konaté)
Aminata Konaté se fait un nom depuis trois ans à Yellowknife avec sa gastronomie aux saveurs de l’Afrique de l’Ouest. Son service de traiteur, My African Cuisine in YK, a même récemment gagné un concours organisé par le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest.

La Ténoise a lancé son activité en mars 2019, seulement cinq mois après s’être installée à Yellowknife.

Son projet, elle y avait réfléchi lorsqu’elle vivait encore à Saskatoon, juste avant son déménagement aux T.N.-O., où elle a participé au festival d’artisanat International Bazaar.

Quand j’ai déménagé à Yellowknife, je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas d’autre personne ou de restaurant qui offrait la même chose que moi. Alors j’ai voulu me lancer dedans.Aminata Konaté

Elle affirme qu’aujourd’hui plusieurs options s’offrent à Yellowknife à ceux qui aiment les mets exotiques, comme des restaurants éthiopiens et syriens, mais aucune d’Afrique de l’Ouest, comme le Mali, son pays d’origine.

Pour se faire connaître, elle a participé au marché fermier dès 2019. Depuis, chaque été, elle y tient un stand. « Sur mes produits, il y a mon numéro de téléphone, dit-elle. Alors les gens peuvent m’appeler pour faire des commandes de nourriture ou pour proposer un service traiteur. »

Des événements de toutes les tailles

Depuis, Aminata Konaté a offert ses services à l’occasion du marathon Overlander pour une centaine de personnes, d’assemblées générales comme celle du club Rotary, où il y a entre 20 et 40 personnes, et de petits événements à domicile réunissant 8 à 10 personnes.

En fonction de la taille des événements pour lesquels on fait appel à elle, elle loue une cuisine commerciale ou elle cuisine directement de chez elle.

Aminata Konaté a fait connaître sa cuisine, notamment composée de viandes et poissons grillés, bananes plantains et légumes cuisinés, lors du marché fermier de Yellowknife. (Aminata Konaté)

Ses plats mélangent viandes grillées ou en ragoût, bananes plantains, légumes, beignets ou encore riz, mais ses produits phares sont sans nul doute le couscous et les jus, notamment le jus de bissap et de gingembre.

Il y a une personne qui vient tous les mardis rien que pour les jus.Aminata Konaté, propriétaire de My African Cuisine in YK

Aminata Konaté affirme qu’au marché fermier certains de ses clients viennent tôt, avant que les commerçants aient le droit de commencer leurs ventes, pour être sûrs d’être les premiers.

« Ça fait plaisir », ajoute-t-elle, en évoquant la popularité de ses mets, qui plaisent à un public varié.

Difficulté à trouver des produits

Cette réponse positive à sa cuisine est d’autant plus enthousiasmante que, parfois, c’est un vrai casse-tête pour arriver préparer ses plats. Quand Aminata Konaté a l’occasion de se rendre au Québec ou à Saskatoon, elle peut rapporter des produits qui se conservent et qu’elle ne trouve pas aux T.N.-O., mais pour les produits frais, c’est plus difficile.

Avec la COVID-19, explique l’entrepreneure, de nombreux produits ont été en rupture de stock ces derniers mois, notamment ceux dont elle a besoin pour faire l’une de ses sauces les plus populaires à base de mangue et de piments.

« Depuis octobre, chaque fois que je vais en magasin, je n’en trouve plus. »

De plus, parfois, à cause du transport, le jeu n’en vaut pas la chandelle : « Le coût de transport peut coûter le triple du prix d’achat de la marchandise. »

My African Cuisine in YK commercialise des plats, des sauces et des jus de fruits. (Geoffrey Rodriguez)

Si, aujourd’hui, elle a un travail à plein temps, en plus de My African Cuisine in YK, l’entrepreneure ne ferme pas la porte à l’idée d’en faire son activité principale à l’avenir.

En attendant, elle travaille à mieux faire connaître son entreprise, ce que le fait d’avoir gagné le concours « La communauté francophone immigrante », du Conseil de développement économique des T.N.-O., en novembre, doit l’aider à faire, grâce à la réalisation d’une vidéo promotionnelle.

Pour cette vidéo, tournée en février, Aminata Konaté avait prévu de cuisiner avec du fruit de la passion, un produit qu’elle n’est pas parvenue à trouver sur les étalages des épiceries de Yellowknife. Ces difficultés l’obligent à être créative.

« Je peux le remplacer par le tamarin parce que ça a le même goût aigre, même si la couleur ne me plaît pas, parce que la couleur est brune. Alors, c’est moins attrayant », conclut-elle en riant.

Laureen Laboret, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.