Un Canadien du Grand Nord part en Ukraine chercher ses nièces coincées à Kiev

Le Yukonnais Jeff Sloychuk devrait s’envoler vers la Pologne mardi avant de rallier l’Ukraine par la route. (Anna Desmarais/Radio-Canada)
Un Yukonnais, Jeff Sloychuk, part en Ukraine pour récupérer ses nièces afin de les ramener au Canada.

Jeff Sloychuk a décidé de partir à l’issue d’une longue conversation avec l’un de ses amis de Calgary.

« Cela semblait être la seule solution. Aller là-bas, les récupérer, et les mettre dans un avion pour Calgary, les sortir de la zone », confie le Yukonnais.

Alors que des milliers d’Ukrainiens fuient leur pays face à l’invasion russe et en dépit des recommandations du gouvernement canadien, qui demande d’éviter tout voyage vers le pays, Jeff Sloychuk s’envole mardi pour Varsovie en Pologne d’où il compte rejoindre l’Ukraine par la route.

Lundi, à la vieille de son départ, il ignorait encore comment, une fois à Ternopil, dans l’ouest de l’Ukraine, il allait pouvoir retrouver ses nièces de 8, 10 et 15 ans qui se trouvent à Kiev.

Sa famille a immigré au Canada au début des années 1900 et il dit qu’il dit avoir encore de la famille là-bas, et quelques amis qui pourront l’aider. Il explique qu’il compte aider autant qu’il le peut toute autre personne qui souhaiterait fuir l’Ukraine.

Les couloirs humanitaires mis en place par la Russie pour permettre aux Ukrainiens de fuir sont critiqués, car ils mènent ces derniers vers le Belarus et la Russie.

La situation en Ukraine est donc dramatique, mais le Yukonnais affirme qu’il ne se rend pas dans une zone de guerre. « Je ne fais que contourner une zone de guerre », dit-il.

L’homme compte emporter avec lui des articles de première nécessité qu’il compte distribuer. « Ce sont toutes les choses dont les gens ont besoin lorsqu’ils fuient avec seulement les quelques vêtements qu’ils ont sur le dos », dit-il. « Des médicaments contre la nausée, contre les allergies, en passant par les tampons et les serviettes hygiéniques et, je ne sais pas, des sous-vêtements propres. »

Il affirme qu’en plus de ce qu’il comptait emporter, des Yukonnais sont venus lui apporter des dons. « Les gens ont été incroyablement généreux ici au Yukon », dit-il.

Quelques jours avant le départ, Jeff Sloychuk a reconnu qu’il ressentait une certaine anxiété au sujet de son voyage, mais que cela serait bien pire s’il n’y allait pas.

Je n’ai donc pas l’intention de faire quoi que ce soit de stupide ni l’intention d’être un combattant, mais aller là-bas et aider les gens à fuir me semble être une bonne chose à faire.Jeff Sloychuk

S’il confie que ses parents ne sont pas « très enthousiastes » à propos de son voyage, il affirme que de nombreuses autres personnes à qui il a parlé le soutiennent et que, pour lui, c’était l’occasion de faire la différence « à petite échelle, une échelle très humaine », dit-il.

Avec les informations de George Maratos

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.