Dans le Grand Nord canadien, les élèves yukonnais devront continuer à porter le masque

Le port du masque demeure obligatoire pour les élèves en classe comme dans les autobus. (Izusek/Getty Images)
Bien que le port du masque dans les endroits publics intérieurs ne sera plus obligatoire à compter de vendredi, les autorités sanitaires ont annoncé que les élèves devront continuer à le porter en tout temps, dans les classes et les autobus.

La mesure vise à permettre d’évaluer le taux de transmission chez les familles de retour du congé printanier qui se termine cette semaine. La mesure concerne également les centres à la petite enfance.

Toutefois, les activités récréatives ou sportives entre différentes écoles pourront reprendre, et les voyages à l’extérieur du territoire seront de nouveau possibles à compter du 19 avril.

La médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliott, lors de la conférence de presse régulière, le mercredi 16 mars. (Andrew Strain/Gouvernement du Yukon)

En conférence de presse, la médecin hygiéniste en chef par intérim, Catherine Elliott, a expliqué qu’il n’est pas encore possible d’éliminer toutes les restrictions.

Les autorités sanitaires estiment que la propagation est « stable et gérable ». Le territoire dénombre présentement 53 cas actifs confirmés par tests PCR, dont 16 cas sont nouveaux en date de mercredi.

J’espère que les masques dans les classes, ça va [aller] bien après le congé de mars, et après 2, 3 semaines, ou un mois. Ça va prendre du temps pour faire les [évaluations] mais j’espère que ce sera une des mesures qu’on pourra changer dans un mois.Catherine Elliott, médecin hygiéniste en chef par intérim
Peu de changements

Le directeur général de la Commission scolaire francophone du Yukon, Marc Champagne, n’a pas encore reçu de réactions de la part des parents, dont les enfants, rappelle-t-il, sont toujours en congé

Le directeur général de la Commission scolaire francophone du Yukon, Marc Champagne. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

« Les élèves sont habitués à ce point-ci », a-t-il indiqué par écrit, « mais ce sera un soulagement lorsque ce ne sera plus obligatoire ».

Le directeur se réjouit, toutefois, des assouplissements entourant les « activités interscolaires et les sorties ».

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.