Deux députés souhaitent la création d’un centre de recherche et de sauvetage au Nunavut

L’immensité du territoire et l’éloignement de nombreuses collectivités nécessite la création d’un centre de recherche et de sauvetage, selon deux députés du Nunavut. (Simon-Pierre Gagnon/Le Régiment du Saguenay)
Deux députés du Nunavut affirment que la création d’un centre d’opérations de recherche et de sauvetage au territoire pourrait contribuer à améliorer le temps de réponse en cas d’intervention.

En matière de recherche et de sauvetage, le Nunavut compte sur les bénévoles qui participent souvent aux recherches, ou sur l’aide militaire de Trenton, en Ontario.

Une politique territoriale encadrant les contributions communautaires aux recherches et aux sauvetages va expirer le 1er avril prochain et devra donc être révisée.

C’est en amont de cette révision que le 11 mars dernier, à l’Assemblée législative du Nunavut, les députés d’Aivilik et d’Amittuq, Solomon Malliki et Joelie Kaernerk, ont demandé au ministre des Services communautaires et gouvernementaux, David Joanasie, de présenter au gouvernement fédéral une solution locale.

Je crois qu’il serait bénéfique que les appareils de recherche et de sauvetage soient basés en permanence à un endroit central au Nunavut, ce qui pourrait contribuer à améliorer les délais d’intervention, affirme Solomon Malliki.

Le député s’est dit reconnaissant envers les Forces armées canadiennes et l’aide qu’elles apportent aux recherches aériennes dans l’Arctique, mais il a souligné le fait que leur base est très éloignée.

Le député Joelie Kaernerk, ici photographié en novembre 2021, affirme que des collectivités du Nunavut ont la capacité de mener des opérations de recherche et de sauvetage. (Matisse Harvey/Radio-Canada)

Selon Joelie Kaernerk, certaines communautés du Nunavut, comme Sanirajak, Kivalliq et Kitikmeot, disposent d’une position centrale au territoire et ont la capacité d’exploiter un tel service.

« Le gouvernement fédéral a reconstruit la piste d’atterrissage à Sanirajak et il y a des services d’hélicoptères toute l’année », affirme-t-il.

Il souhaite également voir les communautés impliquées dans le processus. « J’encourage vivement le ministre à faire en sorte que les autres communautés aient leur mot à dire, afin qu’elles puissent en bénéficier. »

Nous sommes une juridiction différente et nous avons des besoins uniques.David Joanasie, ministre des Services communautaires et gouvernementaux

Le ministre des Services communautaires et gouvernementaux a indiqué qu’il entendait impliquer toutes les communautés du Nunavut dans l’amélioration de la politique, sans toutefois entrer immédiatement dans les détails de l’examen de celle-ci.

David Joanasie a ajouté que « l’ordre du jour est déjà établi » pour ses réunions avec le gouvernement fédéral, mais qu’il exprimera ses préoccupations sur la façon dont les services sont fournis.

Le ministre devrait rencontrer le gouvernement fédéral le 17 mars prochain.

D’après un reportage d’April Hudson

CBC News

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.