Nord canadien : plus de 1000 employés de Baffinland reçoivent leur préavis de licenciement

Baffinland Iron Mines, qui dirige les opérations de la mine de fer Mary River, au Nunavut, a envoyé des préavis de licenciement à 1100 employés.
(Baffinland)
Dimanche, la minière Baffinland Iron Mines a envoyé des préavis de licenciement à 1100 de ses employés, dont 200 Inuit.

L’entreprise, qui avait déjà informé le gouvernement du Nunavut en juin de futurs licenciements, vient de faire parvenir ses avis aux employés.

Le porte-parole de l’entreprise, Peter Akman, affirme que Baffinland s’apprête à procéder à deux vagues de licenciements prévues pour les 25 septembre et 11 octobre si elle ne reçoit pas la permission de faire passer sa production à six millions de tonnes de minerai de fer à la mine Mary River d’ici la fin de l’année.

M. Akman affirme que les préavis concernent tous les employés de ses opérations dans le Nord.

« Toute personne travaillant sur les deux sites : le port ou le site de Mary River, mais aussi à travers Iqaluit et le Nunavut. Toute personne travaillant pour nous a possiblement reçu son avis. »

La lettre reçue par les employés et obtenue par CBC explique que l’avis de licenciement est le résultat du processus réglementaire qui avance « plus lentement que nécessaire pour répondre aux exigences opérationnelles de Baffinland ».

La Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions (CNER) étudie une demande de l’entreprise visant à poursuivre l’extraction du minerai à un rythme similaire à celui des dernières années, tandis que le ministre fédéral des Affaires du Nord, Dan Vandal, réfléchit à la suite à donner à la recommandation de la CNER de ne pas autoriser l’expansion prévue de la mine.

Le ministre Vandal a pressé la Commission de faire part de sa recommandation d’ici au 26 août. Dans un avis publié le 19 juillet, la CNER a déclaré qu’elle ne serait pas en mesure de respecter ce délai « en raison de contraintes logistiques et d’engagements existants de la Commission ».

Depuis 2018, la minière a reçu l’autorisation temporaire de faire passer sa production annuelle de 4,2 millions à 6 millions de tonnes de fer. Ce permis a toutefois expiré le 31 décembre 2021 et Baffinland affirme ne pas avoir été en mesure de demander une prolongation de ce permis plus tôt en raison de la pandémie.

Le groupe de conservation marine Océans Nord avait déjà déclaré que la situation de Baffinland était « une conséquence prévisible d’une gestion et d’une planification médiocres » et s’était dit préoccupé par le fait que l’entreprise utilise la perspective de licenciements pour faire pression sur la Commission « afin qu’elle approuve l’expansion actuelle et future de la mine ».

Peter Akman précise que Baffinland travaille toujours à obtenir son permis pour augmenter sa limite de production et d’exportation. En cas de succès, la société annulerait les préavis de licenciement.

Il ajoute que les préavis ont été envoyés « par excès de prudence » au cas où les opérations minières ne sont pas approuvées avant que Mary River n’atteigne sa limite de production actuelle. Il pense que cela pourrait arriver à la mi-septembre en ce qui concerne l’extraction du minerai et d’ici début octobre pour ce qui est de l’exportation.

Quand cela se produira, et si aucune autorisation n’est reçue d’ici là, Peter Akman soutient que la minière n’aura « d’autre choix » que d’arrêter la production.

« Pour le reste de l’année 2022, nous n’aurons plus de travail à faire. »

M. Akman ne précise pas si les employés qui seraient licenciés seraient réembauchés.

Avec les informations de Jackie McKay

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.