Le Nunavut possède le plus haut taux de crimes violents au Canada

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada lors d’une intervention policière, à Apex, au Nunavut (Patrick Nagle/CBC)
Selon un rapport de Statistique Canada paru mardi, le Nunavut se classe premier en ce qui concerne le taux de crimes violents rapportés par la police pour l’année 2021.

Les auteurs du document se sont aussi intéressés à la sévérité des crimes rapportés par la police en 2020 et 2021. Ils ont observé que le territoire fait partie des provinces et territoires canadiens qui ont constaté une augmentation de leur Indice de gravité de la criminalité (IGC). Ce dernier mesure la gravité globale des crimes signalés par la police sur une année.

« Comme c’est le cas depuis 1998, les provinces des Prairies et la Colombie-Britannique ont affiché les IGC les plus élevés parmi les provinces, tandis que les trois territoires ont déclaré les IGC les plus élevés dans l’ensemble », lit-on dans le rapport.

Le document montre que les Territoires du Nord-Ouest ont, pour la période 2020-2021, l’IGC le plus élevé dans l’ensemble, le Nunavut se plaçant en deuxième position et le Yukon, en troisième.

L’IGC est aussi environ six fois plus élevé au Nunavut que dans l’ensemble du Canada, et plus élevé que dans les Territoires du Nord-Ouest ou le Yukon.

Le Grand Nord est également en tête pour ce qui est de la criminalité, laquelle est environ cinq fois plus élevée dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut qu’ailleurs au Canada, le Yukon les suivant de près. Ces données s’appuient sur les incidents relevant du Code criminel, à l’exclusion des infractions routières.

Le rapport s’intéresse à des violations précises, telles que les homicides, les agressions sexuelles et les entrées par effraction, ainsi qu’aux tendances concernant les jeunes accusés de crime.

Gregory Moreau, analyste à Statistique Canada et auteur du rapport, ajoute que même si cette information ne se trouve pas dans le document, les trois territoires sont aussi en tête des crimes avec arme à feu et des violations liées aux armes.

Le Nunavut présente également le plus haut taux d’agressions sexuelles commises sur des enfants en 2021, bien que ce chiffre soit en baisse d’environ sept points par rapport à 2020.

Dans les trois territoires, les indices de gravité des crimes déclarés par la police sont plus élevés pour l’année 2021. (Statistique Canada)

Le taux d’homicide au Yukon et au Nunavut sont également au-dessus de la moyenne nationale.

Le Nunavut, suivi du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, possède en outre l’indice de criminalité juvénile le plus élevé, soit plus de quatre fois supérieur à celui de l’ensemble du Canada.

Gregory Moreau rappelle dans son rapport qu’« en raison de leur population peu nombreuse et du nombre d’affaires comparativement moins élevé, les territoires sont plus susceptibles de voir leur IGC et leur taux de criminalité fluctuer considérablement d’une année à l’autre ».

Les méfaits encore bien présents aux territoires

La publication présente aussi les différentes infractions qui ont contribué à l’évolution de l’IGC en 2020 et 2021.

« Il y a de plus hauts taux de méfaits dans les territoires », confirme M. Moreau, qui ajoute qu’il y a aussi eu une augmentation des vols de biens en 2021.

Alors que le Nunavut a connu une baisse des agressions et des agressions sexuelles, le territoire a dû faire face à une augmentation des méfaits, des vols d’une valeur supérieure à 5000 $, des entrées par effraction et du trafic de drogue, notamment.

Au Yukon, la fraude et les méfaits ont aussi été plus nombreux, tout comme les activités criminelles liées aux drogues, les vols ou encore la pornographie juvénile.

La diminution des homicides et des agressions sexuelles dans les Territoires du Nord-Ouest a été partiellement compensée par une augmentation des agressions, tandis que la diminution des méfaits et du trafic, de la production, de l’importation ou de l’exportation de cocaïne a été « partiellement compensée par une augmentation des introductions par effraction et des fraudes », selon le rapport.

Parmi ses conclusions, Statistique Canada affirme que les Autochtones sont surreprésentés en tant que victimes de violence au Canada. Par exemple, le taux d’homicides chez les peuples autochtones était environ six fois plus élevé que le taux observé chez les personnes allochtones.

Avec les informations de Jane George

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.