Le secteur touristique de Yellowknife encouragé par une reprise cet été

Les promoteurs touristiques ténois espèrent que l’achalandage de visiteurs noté cet été se maintiendra pendant la saison d’observations des aurores boréales. (Darren Bernhardt/Radio-Canada)
Des entreprises touristiques de la région de Yellowknife remarquent une hausse du tourisme cet été par rapport aux deux dernières années, malmenées par la pandémie de COVID-19. Ils espèrent que la tendance se poursuivra cet automne et en hiver, lorsque le ciel sera illuminé par les aurores boréales.

Ces visiteurs sont un signe encourageant pour les entrepreneurs qui ont dû limiter leurs activités durant la pandémie ou même fermer leurs portes.

Je ne peux pas dire combien de touristes sont venus ici cet été, mais ils sont là. Je sais que d’autres entreprises touristiques, en particulier dans le secteur de la pêche récréative, sont très occupées, explique Richard MacIntosh, propriétaire de Sundog Adventures, une entreprise qui offre des activités touristiques comme des visites guidées en bateau autour de la ville.

Richard MacIntosh devant le bâtiment de son entreprise Sundog Adventures à Yellowknife (Julie Plourde/Radio-Canada)

Selon le propriétaire de B. Dene Adventures, Bobby Drygeese, les touristes qui réservent des forfaits cet été viennent surtout du Canada, et les groupes sont beaucoup plus petits qu’avant la pandémie.

On a des réservations ici et là, mais pas pour de grands groupes. Avant la pandémie, on recevait des groupes de 40 à 50 personnes par jour. Et maintenant, on accueille des groupes de 8 à 12 personnes. Le tourisme reprend, mais ce sont surtout des touristes canadiens.Bobby Drygeese, B. Dene Adventures
Les aurores boréales de Yellowknife attirent de nombreux touristes. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Avant la pandémie, les Territoires du Nord-Ouest pouvaient accueillir plus d’une centaine de milliers de touristes par année, surtout en provenance d’Asie. Ils viennent expressément observer les aurores boréales en automne et en hiver.

En 2018-2019, l’industrie touristique des T.N.-O. avait reçu 120 110 visiteurs, dont les dépenses avaient dépassé 200 millions de dollars, selon le ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement (MITI).

Richard MacIntosh reçoit des demandes de renseignements pour les forfaits touristiques reliés aux aurores boréales, mais ce n’est pas comme avant.

Avant 2019, le marché touristique en provenance de la Chine était très gros, mais les voyageurs chinois doivent maintenant s’isoler 14 jours au retour d’un voyage. Alors, on ne sait pas trop comment ce marché va reprendre.Richard MacIntosh, Sundog Adventures

De passage à Yellowknife, le ministre fédéral du Tourisme, Randy Boissonnault, est venu rencontrer quelques dirigeants d’entreprises touristiques pour discuter des défis auxquels ils font face dans la reprise de leurs activités et aussi rappeler le soutien financier accordé par son gouvernement à l’industrie touristique.

« C’était très important de parler des difficultés, des défis à la sortie de la pandémie, en particulier la main-d’œuvre et le logement, et aussi comment faire le marketing et promouvoir ce que les T.N.-O. ont à offrir au monde », a déclaré le ministre.

Le ministre fédéral du Tourisme, Randy Boissonnault, devant le Grand Lac des Esclaves à Yellowknife, le 10 août 2022 (Julie Plourde/Radio-Canada)

Randy Boissonnault estime que le Fonds d’aide au tourisme lancé en 2021 par Ottawa pour aider les entreprises touristiques canadiennes à se relever de la pandémie a donné un bon coup de main, mais qu’il y a encore du travail à faire avant que l’activité économique du secteur soit celle d’avant la pandémie.

« On a versé 511 milliards de dollars à travers le pays. Mais, maintenant, il faut rebâtir. Comment peut-on attirer plus de gens à Yellowknife et dans les communautés? C’est une question importante », conclut le ministre.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.