Réélu, un député fédéral du Nord canadien réitère son désir d’être ministre

Michael McLeod mène la danse aux tambours lancée pour célébrer sa réélection au scrutin fédéral dans la circonscription des Territoires du Nord-Ouest, dans le Nord canadien. (Maxence Jaillet/L’Aquilon)
Au cours de la soirée électorale où il a remporté 40 % des suffrages, le député libéral Michael McLeod a fait savoir qu’il proposerait une fois de plus son nom à Justin Trudeau pour tenir les rênes d’un ministère.

Avec plus de 6600 voix, Michael McLeod a gardé son siège de député des Territoires du Nord-Ouest (Nord canadien) à la Chambre des communes. Sans équivoque au cours de la soirée du 21 octobre, le député libéral a répété que travailler en tant que ministre au sein du gouvernement fédéral a toujours été son souhait : « il est difficile d’obtenir un siège au conseil des ministres, mais j’avais déjà dit au premier ministre que je désirais faire parti de son équipe de ministres aux dernières élections. Je vais réitérer ma requête. De toute façon, c’est une décision qui appartient [au chef du gouvernement]. Mais peu importe ma position à Ottawa, je travaillerai fort en tant que député pour bien représenter le Nord ».

Le candidat libéral se dit satisfait de sa campagne et avance qu’il a bien performé dans les communautés, mais également à Yellowknife.

Avec 157 députés, le Parti libéral sera minoritaire sur la colline Parlementaire. M. McLeod explique que même s’il voulait un gouvernement majoritaire, il reconnaît qu’avec une minorité son gouvernement devra s’entendre avec d’autres partis et voir s’ils peuvent travailler ensemble.

Collaborer avec le gouvernement territorial
Caroline Cochrane a été élue première ministre des Territoires du Nord-Ouest, jeudi. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Alors que le 21 au soir, Michael McLeod ne connaissait pas encore la composition du gouvernement territorial, il a déclaré qu’il allait travailler de concert pour le bienfait des Ténois, avec n’importe quel individu désigné au gouvernement territorial.

« Je connais tous les prétendants au poste de premier ministre, je connais la plupart des députés, et oui je vais me familiariser avec ceux et celles que je connais moins, mais c’est mon objectif de travailler avec le gouvernement ténois. C’est important que nous travaillions ensemble pour concrétiser les choses. Nous avons vu ce qui s’est passé durant la dernière assemblée, avec ce travail de collaboration, nous avons obtenu une des meilleures séries d’investissements fédéraux que nous n’avons eues aux TNO. »

Déjà prêts pour la prochaine campagne

Tour à tour, trois des quatre candidats ténois n’ayant pas remporté les élections fédérales se sont dits prêts à reprendre la route d’une campagne électorale dans les deux à trois prochaines années.

« Avec un gouvernement minoritaire, on s’attend à ce que [le mandat] dure environ deux ans, un petit peu plus ou un petit peu moins. Cela veut dire que nous sommes prêts à repartir en élections », de dire Yanik D’Aigle.

Le candidat conservateur avance qu’il est fier de sa campagne, alors qu’il a réussi à visiter plusieurs collectivités dans les TNO. « Une des choses à faire est d’écouter et de récolter les idées, les commentaires, les rétroactions des électeurs pour le territoire et le Canada également. Quelle représentation veulent-ils… et c’est exactement ce que j’ai fait, j’ai documenté [ces informations]. »

Pour Mary Beckett, qui s’est placée troisième avec 3619 votes, sa campagne néodémocrate a elle aussi été très positive. « J’ai senti l’appui laissé par l’équipe de notre ancien député Dennis Bevington. […] Mon équipe et moi sommes d’attaque pour repartir en campagne dans l’éventualité d’élections anticipées. »

Paul Falvo, quant à lui, estime que sa campagne a été positive, et clame que c’est la première fois que le parti vert réussit à mobiliser autant d’individus afin de promouvoir sa plateforme. « Ce soir dans ce restaurant, il y a une salle pleine de monde venu nous soutenir. Je me rappelle la première fois que je me suis impliqué avec le parti vert ici aux TNO, nous étions trois dans le salon d’une maison. »

Le candidat Falvo avance que son parti s’est établi aux Territoires. Dans l’éventualité d’élections précipitées par le gouvernement minoritaire qui siègera à Ottawa, Paul Falvo se dit prêt à retourner cogner aux portes des électeurs avant 2023. « Je vois un avantage à ce que les élections fédérales et territoriales soient séparées. Cela donne un peu de répit aux électeurs pour parler des enjeux politiques. »

Luke Quinlan du Parti populaire a récolté 295 votes.

Avatar

Maxence Jaillet, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *