Modifier la forêt pour prévenir les feux près de la capitale du Yukon

Si peu de feux de forêts se sont déclarés cet été, la capitale yukonnaise n’en demeure pas moins toujours vulnérable. (Gouvernement du Yukon)
Les représentants des gouvernements fédéral et territorial ont annoncé, jeudi, un investissement de 1,5 million de dollars pour l’aménagement d’un coupe-feu entre le lotissement Mary Lake et la route Copper Haul.

Le coupe-feu de 150 hectares sera en fait une zone de forêt clairsemée sur 6 km qui pourra ralentir la progression d’un éventuel brasier.

Le secteur n’a pas été choisi au hasard, explique le porte-parole de la Section de gestion des feux de forêt du Yukon, Mike Fancie.

« [C’est] un défi de choisir les points les plus importants à protéger. En ce qui concerne la ville de Whitehorse, on voit son emplacement dans une vallée où le vent souffle [généralement] du sud vers le nord, donc c’est là où on place le coupe-feu pour qu’on puisse [maximiser] nos efforts pour limiter le danger. » Mike Fancie, porte-parole de la Section de gestion des feux de forêt du Yukon
Le projet de coupe-feu prévoit le prélèvement des conifères sur un secteur de 150 hectares près du lotissement Mary Lake et de la route Copper Haul. (Gouvernement du Yukon)

Le projet échelonné jusqu’en 2024 vient s’ajouter aux travaux de 247 000 $ visant à élargir le corridor qui permettra à de l’équipement lourd de circuler en cas d’incendie.

Un danger de taille

La ville de Whitehorse est particulièrement vulnérable aux feux de forêt, tout comme l’était Fort McMurray en 2016, selon certains rapports.

Ce danger est connu des habitants de la capitale territoriale, mais sa gravité n’a frappé les conseillers municipaux et le maire Dan Curtis que lorsqu’ils ont reçu les conclusions d’un rapport, au printemps dernier.

« Ce qui nous a marqués le plus profondément, c’est [d’apprendre] que si un feu prenait au sud de Whitehorse, ce dernier pourrait atteindre la taille d’un brasier incontrôlable en 10 à 30 minutes… Donc c’est quelque chose qu’on prend extrêmement au sérieux. »Dan Curtis, maire de Whitehorse
Les travaux de débroussaillage le long du chemin Copper Haul ont été exécutés l’hiver dernier. (Dave Croft/Radio-Canada)
Conifères ou feuillus

Le coupe-feu ne sera toutefois pas une grande coupe à blanc, assurent les responsables. Seuls les conifères seront prélevés et le projet prévoit que ce bois sera utilisé pour créer de la biomasse.

Le coauteur du rapport sur la vulnérabilité de la ville aux feux de forêt présenté au conseil municipal en avril dernier, Davis Loeks, estime qu’une sélection du type d’arbres conservés a prouvé son efficacité.

« Ce qui a été démontré comme étant le plus efficace pour la sécurité des collectivités est le remplacement d’une forêt de conifères par une forêt de feuillus, de bouleaux et de trembles, qui sont déjà présents près Whitehorse. »David Loeks, TransNorthern Consulting

Mike Fancie explique également que les feuillus ne sont pas un combustible équivalent. 

« Les conifères sont plus inflammables et, avec les feuillus, on a la possibilité avec un peu plus d’arrosage de préserver les arbres qui sont plus résistants au feu. »Mike Fancie
Un risque toujours présent

Tous s’entendent cependant pour dire que le risque de voir un incendie important se propager près de la capitale existera toujours.

David Loeks explique qu’un tel coupe-feu est l’une de deux solutions. L’autre, c’est de nettoyer les terrains résidentiels.

« 90 % des incendies résidentiels dans un contexte de feu de forêt ne sont pas allumés par de grandes flammes qui enveloppent un lotissement. Ils sont causés par la braise transportée par le vent. »Davis Loeks

Mike Fancie affirme que la protection des domiciles par leurs propriétaires est l’aspect le plus déterminant dans la gravité d’un incendie. 

« Les braises vont voyager dans l’air et toucher le gazon ou peut-être du bois qui est juste à côté de la maison et créer des mini-feux qui vont menacer la maison ou le garage. »Mike Fancie
Le maire Dan Curtis se réjouit de l’investissement des gouvernements fédéral et territorial, soulignant la difficulté pour la municipalité de financer de tels projets. (Gouvernement du Yukon)

Le maire Dan Curtis explique qu’un programme de sensibilisation publique sera développé, mais qu’il n’est pas question, pour l’instant, d’adopter de nouvelles règles. 

« Nos agents vérifient déjà le risque lorsqu’ils visitent une propriété. »Dan Curtis
Un bon début, croit David Loeks

David Loeks affirme que cette annonce d’investissement est « un excellent départ, mais [est] loin d’être suffisante. »

« Pour réellement protéger Whitehorse d’un incendie, il faut un projet échelonné sur une décennie. »David Loeks

Le maire Dan Curtis assure que ce risque est au premier rang des priorités de la Ville. 

« Nous avons compris que la question n’est pas de savoir si, mais bien quand » un feu de forêt se produira.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *