Pandémie : fermeture des frontières et nouvelles règles pour les voyageurs dans le Grand Nord canadien

La frontière entre le Yukon et la Colombie-Britannique sur la route Klondike qui relie Whitehorse à Skagway en Alaska. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Mercredi en soirée, le Yukon a annoncé un nouveau cas de COVID-19 au territoire et la fermeture de ses frontières avec la Colombie-Britannique, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.

Le Yukon compte désormais 26 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Un nouvel avis public a également été émis par les autorités sanitaires pour plusieurs commerces et événements de Whitehorse où il y a eu risque d’infection :

  • Starbucks, rue Main : le 12 et le 13 novembre de 8 h à 17 h
  • Starbucks, Chilkoot Way : le 14 novembre de 18 h30 à 20 h 30
  • Better Bodies : le 12 et le 13 novembre entre 18 h 30 et la fermeture
  • Diwali Festival : le 14 novembre entre 15 h et 18 h
  • Giorgio’s Cuccina : le 14 novembre entre 19 h et 21 h 30
  • Tony’s Pasta and Seafood House : le 14 novembre entre 19 h et 21 h 30

Les autorités sanitaires poursuivent leur enquête et le suivi des contacts.

Entre-temps, le premier ministre Sandy Silver referme les frontières aux visiteurs de tout azimut à compter du vendredi 20 novembre.

Il y a toutefois plusieurs exceptions : les travailleurs essentiels, les membres de famille des Yukonnais ainsi que les habitants des villages frontaliers d’Atlin, de Lower Post, de Fireside, de Jade City, de Fraser et de Pleasant Camp pourront entre autres continuer de franchir la frontière du territoire.

Ces visiteurs d’exception qui arrivent de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut devront dorénavant respecter une quarantaine de 14 jours.

« Le gouvernement déconseille les voyages non essentiels à l’extérieur du territoire » , peut-on lire dans un communiqué du gouvernement.

Si vous entrez aux Territoires du Nord-Ouest, désormais, vous devrez vous isoler 14 jours avec toutes les personnes habitant à la même adresse. (Sara Minogue/CBC)
De nouvelles règles pour les voyageurs qui entrent aux Territoires du Nord-Ouest

Tout voyageur entrant aux Territoires du Nord-Ouest, y compris les travailleurs essentiels, devra s’isoler pendant 14 jours avec toutes les personnes habitant à la même adresse que lui, selon de nouvelles directives du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

Une exception est faite si le voyageur peut être totalement isolé de ses proches, en ayant accès à un appartement privé par exemple.

« Isoler ensemble les personnes du même foyer est sécuritaire », a fait savoir la médecin hygiéniste en chef du territoire, Kami Kandola, en point de presse mercredi.

Cette décision a été prise alors que les cas de COVID-19 continuent d’augmenter au Canada, affirme la médecin. Elle explique aussi que puisque les provinces du sud mettent plus de temps à retracer les contacts des personnes atteintes de la COVID-19, certains voyageurs ne pourraient pas savoir qu’ils sont considérés comme des contacts.

Voyager hors province, vivement déconseillé

Par ailleurs, la santé publique décourage fortement tout voyage non essentiel à l’extérieur des T.N.-O.

« Pour le moment, nous contenons la propagation du virus au territoire. Les risques viennent uniquement des voyageurs arrivants aux Territoires du Nord-Ouest, qu’ils soient résidents ou non. »Kami Kandola, médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest

Mardi, le territoire a suspendu la bulle de voyage avec le Nunavut, où les cas de COVID-19 ont fortement augmenté ces derniers jours. Une décision « très difficile à prendre », selon la chef de la santé publique. Les personnes arrivant aux Territoires du Nord-Ouest depuis le Nunavut doivent suivre les mêmes protocoles d’auto-isolement et de voyage que toute autre personne se rendant dans le territoire.

Des vacances de fin d’années chamboulées

Par ailleurs, la Dre Kandola a abordé la question des fêtes de fin d’années, sans toutefois s’étendre sur le sujet : « Des mois critiques s’annoncent devant nous alors que nous allons voir plus de voyageurs venir aux T.N.-O. pour les vacances de fin d’année. »

« Jusqu’à présent, nous avons reçu 200 demandes de personnes voulant venir au territoire à cette période de l’année, mais nous anticipons qu’il y en aura bien plus au fur et à mesure que l’on se rapproche de fin décembre. »Kami Kandola, médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest

Elle recommande à la population de ne pas se rendre aux États-Unis ou dans d’autres pays pour les fêtes. « Si vous décidez tout de même de suivre vos plans pour les vacances, il faudra suivre les restrictions en place de la juridiction dans laquelle vous vous rendrez », affirme la Dre Kandola en précisant que les restrictions sanitaires dans ces endroits risquent d’être plus sévères que celles actuellement appliquées aux Territoires du Nord-Ouest.

Cinq engagements

La Dre Kandola demande aussi une participation active des Ténois pour empêcher la propagation de la maladie en respectant plusieurs engagements :

  • Ne pas voyager en dehors du territoire autre que pour des raisons essentielles;
  • Respecter les règles d’isolement pour tout voyageur entrant au territoire;
  • Pratiquer des habitudes saines qui ont montré leur efficacité telle que le lavage de main régulier, la distanciation physique, le port du masque, etc.;
  • S’engager à se faire tester même en cas de symptômes légers;
  • «Se soutenir les uns les autres alors que « ces sacrifices ne sont pas simples à faire ».

« Si, nous respectons tous ces engagements, alors nous serons en bonne voie pour aborder ces prochains mois », croit la Dre Kandola.

À ce jour, 15 cas de COVID-19 ont été confirmés aux Territoires du Nord-Ouest, dont 10 sont considérés comme rétablis, selon le site Internet du gouvernement ténois.

Avec les informations de Laureen Laboret

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *