La Garde côtière canadienne dresse le bilan de sa saison d’opérations dans l’Arctique en pleine pandémie

Le navire de la Garde côtière canadienne Captain Molly Kool stationné près de l’inlet Milne, au Nunavut, en Arctique. (Garde côtière canadienne)
En pleine pandémie, la Garde côtière canadienne a poursuivi ses opérations de surveillance dans l’Arctique afin de faire respecter les restrictions de circulation des navires.

Pour éviter tout risque de propagation du virus de covid-19 parmi les communautés éloignées, les autorités ont limité l’accès à plusieurs régions maritimes du Grand Nord pour les embarcations de plaisance et les navires de croisière.

En date du 9 décembre 2020, huit navires, incluant des navires de charge générale et des brise-glaces de la Garde côtière, ont pu traverser complètement le passage du Nord-Ouest. En comparaison, ils étaient 27 navires à faire le voyage en 2019.

La ministre fédérale des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan, a déclaré par voie de communiqué que l’organisme a mis en œuvre des mesures de sécurité supplémentaires pour prévenir la propagation potentielle du virus de la COVID-19, particulièrement chez les communautés nordiques.

« Malgré une saison sans précédent, les membres et les équipages de la Garde côtière canadienne ont réussi à s’adapter rapidement et avec succès à la nouvelle réalité opérationnelle pendant une pandémie. »Bernadette Jordan, ministre fédérale des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
Le navire de la Garde côtière canadienne Louis S. St-Laurent ravitaille le Pierre Radisson près de la baie Frobisher. (Garde côtière canadienne)

La Garde côtière canadienne a également annoncé avoir mobilisé durant l’année huit brise-glaces dans l’Arctique afin de maintenir ses opérations. Du centre des Services de communication et de trafic maritimes (SCTM) situé à Iqaluit dans le Nunavut, l’agence dit avoir soutenu 128 navires dans la zone de services de trafic maritime du Nord canadien.

« Il s’agissait de navires de charge, de navires de recherche, de vraquiers, de bateaux de pêche, et de navires de la Garde côtière canadienne », a précisé la Garde côtière dans le communiqué. À ce titre, l’organisme fédéral a indiqué n’avoir enregistré aucune infection parmi les équipages de ses navires.

De plus, la Garde côtière a dressé un premier bilan de ses opérations annuelles. On y apprend, entre autres, que l’organisme a rapporté aux programmes d’intervention environnementale 35 incidents maritimes qui ont fait l’objet d’une enquête. « Six de ces incidents ont nécessité une surveillance ou une intervention en raison d’une situation de pollution ou d’un risque de pollution », précise-t-on.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *