Un jeune explorateur français à la conquête du pôle Sud

L’explorateur Matthieu Tordeur. (Martin Bureau/AFP/Getty Images)
En 2019, Matthieu Tordeur est considéré comme le plus jeune aventurier au monde et le premier Français à avoir rallié le pôle Sud en solitaire sans ravitaillement ni assistance. Un livre revient sur les exploits de cet explorateur tout-terrain.

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, sachez que Matthieu Tordeur n’a que 28 ans. À cet âge, il a déjà traversé 90 pays. Le voilà inscrit dans le palmarès des grands explorateurs, à l’image d’un Jean-Louis Étienne ou Sylvain Tesson.

Car le jeune homme compte déjà dans sa carrière une traversée de l’Europe à vélo et de l’Atlantique à la voile, un tour du monde en 4L, une course à pied de 250 kilomètres à travers le Sahara en autosuffisance alimentaire.

Dans le livre, titré Le Continent Blanc, l’aventurier de l’extrême nous invite dans une nouvelle odyssée, au cœur des terres glacées du pôle Sud. En novembre 2018, il rejoint l’Antarctique pour débuter un voyage de 1130 kilomètres en skis à travers ce territoire inhospitalier pour l’homme à l’aide de la seule force de ses bras et jambes.

Couverture du livre Le Continent Blanc de Matthieu Tordeur. (Éditions Robert Laffont)

Son objectif : atteindre en cinquante jours et en autonomie totale (c’est-à-dire sans aide ni ravitaillement) le pôle Sud géographique. Au fil des pages, Matthieu Tordeur nous raconte son incroyable expédition jalonnée d’obstacles et de rencontres surprenantes. Dans cet environnement à la fois hostile et préservé, il nous livre sans fioriture ses angoisses et ses doutes, mais aussi ses moments de grâce.

Fasciné depuis longtemps par l’Antarctique, l’explorateur explique qu’il voulait faire l’expérience de la solitude pendant les deux mois de son périple. Mais au-delà de l’expérience de vie, l’auteur nous place en témoin direct des conséquences désastreuses du dérèglement climatique sur les pôles. Une lecture aussi dépaysante que nécessaire.

Matthieu Tordeur est né en 1991 à Rouen. Quand il n’est pas en expédition, il donne des conférences en entreprise et réalise des films documentaires. Il est membre de la Société des explorateurs français. Le Continent blanc est son premier livre.

Extrait

Je contemple l’immensité de ce continent et je suis saisi à l’idée de me retrouver seul au milieu de ce gigantesque désert pendant les sept prochaines semaines. C’est vertigineux. Ça me prend aux tripes. Surtout quand j’aperçois des stries régulières qui balafrent la surface, telles des rides sur un visage immaculé. Ce sont des crevasses. Certaines sont ouvertes et laissent place à des gouffres terrifiants. D’autres sont fermées et recouvertes par des ponts de neige. On les reconnaît par la variation de la couleur de la neige. S’ils cèdent, ces ponts de neige peuvent se transformer en pièges mortels. Ces crevasses, c’est ma hantise absolue.

(Source : Le Continent Blanc publié aux Éditions Robert Laffont)

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.