Budget fédéral : qu’en est-il pour le Grand Nord canadien?

Justin Trudeau et Chrystia Freeland quelques minutes avant de déposer le budget à la Chambre des communes. (Justin Tang/La Presse canadienne)
La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déposé le budget 2021. Un budget résolument tourné vers la relance économique. Le dossier de 864 pages annonce des mesures et des investissements pour les trois territoires, notamment pour répondre aux difficultés sociales et environnementales.

Le gouvernement entend répondre aux défis liés à la santé dans le Nord avec un investissement de 54 millions de dollars sur 2 ans pour renouveler le Fonds d’investissement-santé. Dans le détail, ce sont 27 millions de dollars qui seront versés au Nunavut, 12,8 millions pour le Yukon, et 14,2 millions pour les Territoires du Nord-Ouest.

Toujours en matière de santé, 1,4 milliard de dollars est investi sur 5 ans pour assurer un accès à des soins de grande qualité pour les Autochtones avec, entre autres, 774,6 millions de dollars sur 5 ans, pour le programme des services de santé non assurés, qui « aide les Premières Nations et les Inuits à obtenir les soins médicaux dont ils ont besoin lorsqu’ils ne sont pas couverts ailleurs ».

Ces financements font partie de l’investissement de 18 milliards sur 5 ans pour les Autochtones.

Selon les données du Recensement de 2016, au Nunavut, 36,5 % des ménages vivent dans un logement qui n’est pas conforme en termes de qualité, de taille ou d’abordabilité. (Stephane Mahe/Reuters)
La crise du logement

L’un des enjeux principaux de la dernière élection au Yukon est une problématique globale pour le Grand Nord. Ottawa alloue 25 millions de dollars au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour l’année budgétaire avec entre autres la construction de 30 nouvelles unités d’habitation publiques dans l’ensemble du territoire.

Le gouvernement du Nunavut obtient aussi 25 millions de dollars pour répondre « aux besoins à court terme du territoire en matière de logement et d’infrastructure » et soutenir des « projets prioritaires de réaménagement et de rénovation donnant lieu à environ 100 nouvelles unités d’habitation. »

La sécurité alimentaire

Le gouvernement fédéral prévoit 163,4 millions de dollars sur trois ans pour élargir le programme Nutrition Nord Canada et permettre au ministre des Affaires du Nord de travailler directement avec les partenaires autochtones, notamment l’Inuit Nunangat, pour lutter contre l’insécurité alimentaire.

Des conteneurs de transport maritime remplis de denrées alimentaires sont acheminés durant l’été dans des communautés du Nunavut. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
L’éducation et les langues officielles

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest bénéficiera de 8 millions de dollars sur 2 ans pour faire du Collège Aurora une université polytechnique avec pour but « d’accroître davantage l’accès aux études postsecondaires de qualité dans le Nord du Canada. »

De plus, 180,4 millions de dollars viennent soutenir l’enseignement afin d’encourager et atteindre des niveaux plus élevés de bilinguisme. « Chaque fois qu’un enfant ne peut pas aller à l’école d’immersion en français, nous perdons un futur citoyen bilingue », peut-on lire dans le rapport, une situation à laquelle ces fonds entendent remédier, permettant l’embauche d’enseignants et le maintien de leurs postes, en améliorant les programmes, et aidant les provinces et territoires « à répondre à la forte demande pour les programmes d’immersion française et de français langue seconde. »

Un montant de 121,3 millions de dollars sur 3 ans vise aussi à offrir une éducation postsecondaire de qualité en français au pays.

La réponse à la pandémie

Pour l’ensemble du pays, dans le but de soutenir les entreprises durement touchées par la pandémie, le gouvernement prolonge les subventions d’urgence du Canada pour le loyer et les salaires jusqu’au 25 septembre.

Ottawa prévoit aussi 200 millions de dollars pour soutenir l’organisation de festivals, d’évènements culturels, ainsi que les musées et les événements sportifs amateurs.

Les trois territoires ont priorisé le vaccin de Moderna, car il est plus facile à transporter que le vaccin de Pfizer-BioNTech. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
L’aide au voyage

L’allègement fiscal qui était jusqu’alors réservé aux personnes qui recevaient des avantages relatifs aux voyages par leur employeur va être élargi. Les résidents du Nord « pourraient demander jusqu’à 1200 $ en frais de déplacement admissibles. »

Les infrastructures

Afin d’améliorer les routes, voies de chemin de fer et de navigation, 1,9 milliard de dollars seront investis sur les quatre prochaines années afin de « reconstituer le Fonds national des corridors commerciaux ». Ce fonds avait entre autres participé à l’amélioration et la création de routes dans la vallée du Mackenzie.

Le gouvernement anticipe que cela attirera aussi 2,7 milliards de dollars provenant de fonds privés et indique que 15 % de ce financement sera alloué à la construction et à l’amélioration de réseaux de transport dans le Nord du Canada.

Un expert de la gouvernance dans l’Arctique a déclaré que le Nord canadien réclame à grands cris le leadership du gouvernement fédéral dans les projets d’infrastructure, comme la construction de routes et de ports. (Gary Morgan/Garde côtière canadienne)
L’environnement

Plusieurs fonds sont attribués à différents investissements en matière de développement d’énergie propre et de protection de l’environnement. Tout d’abord, ce sont 40,4 millions sur 3 ans qui sont destinés à l’étude de « projets d’hydroélectricité et d’interconnexion des réseaux électriques dans le Nord » et pour réduire la dépendance au diesel de certaines communautés isolées en leur fournissant une énergie propre et « réduire ainsi les émissions produites par les projets miniers. »

Les projets d’agrandissement d’Atlin Hydro au Yukon et de liaison hydroélectrique et de fibre optique au Kivalliq (Nunavut) pourraient en bénéficier.

Des éoliennes installées dans l’Arctique. (Giles Clarke/Getty Images)

Le fédéral rendra également disponible 25 millions de dollars pour aider le Yukon à s’adapter aux répercussions des changements climatiques.

De plus, 647,1 millions de dollars sur 5 ans seront destinés à la préservation du saumon sauvage du Pacifique. Leur nombre a diminué de 93 % depuis le début des années 1990, selon le rapport, et les dernières observations ne sont guère encourageantes. Ces fonds visent donc à remédier au problème en investissant dans des études, la restauration de leur habitat, la création d’un centre d’expertise en la matière, une meilleure gestion des pêches, et une meilleure consultation auprès des Premières Nations et des pêcheurs.

Enfin, pour préserver les « trésors historiques » que sont les épaves du HMS Erebus et HMS Terror, 15 millions de dollars sur 3 ans sont attribués à l’accélération des travaux d’archéologie et de conservation, menacés par les changements climatiques dans la région.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *