Dans le Grand Nord canadien, le Nunavut entame progressivement son déconfinement total

Mercredi, le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, a annoncé en conférence de presse que le territoire était prêt à entamer son déconfinement complet. (Marc Zimmer/CBC)
D’ici le 11 avril, l’état d’urgence sanitaire sera levé au Nunavut, annonçant ainsi un retour à la vie prépandémie au territoire. Le gouvernement du Nunavut a annoncé mercredi qu’il mettrait graduellement un terme à l’ensemble de ses restrictions sanitaires à partir de lundi.

Le Nunavut est ainsi le dernier des trois territoires du Nord à adopter cette nouvelle approche. Les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon ont tous deux annoncé la fin de leurs restrictions sanitaires.

« Après deux ans de gestion de la pandémie, il est temps de commencer à assouplir les restrictions sanitaires », a déclaré le médecin-hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson.

L’état d’urgence sanitaire était en vigueur depuis le 18 mars 2020. Il conférait au gouvernement territorial des pouvoirs spéciaux lui permettant d’imposer, entre autres, l’isolement obligatoire avant d’entrer au territoire, la fermeture de commerces et d’entreprises ou la mise en place d’autres mesures extraordinaires pour empêcher la propagation de la COVID-19.

Selon le Dr Patterson, la levée de l’état d’urgence sanitaire se base sur l’hypothèse qu’il n’y a plus de défis associés au virus et sur le fait qu’il est maintenant prouvé que le système de santé peut répondre à la COVID-19 de la même manière que tout autre virus.

Michael Patterson affirme que le gouvernement pourrait, à compter du mois d’avril, déclarer un état d’urgence sanitaire à l’échelle d’une collectivité où un risque de transmission est présent « pour maintenir certaines mesures sanitaires », a-t-il précisé.

Levée des restrictions à partir du 14 mars

Au Nunavut, les restrictions seront levées progressivement à partir de lundi dans toutes les collectivités, à l’exception de Gjoa Haven, Kugaaruk, Igloolik et Taloyoak.

Selon un communiqué de presse du gouvernement territorial, elles seront les suivantes :

  • Les rassemblements intérieurs passent à 15 personnes plus les membres du ménage.
  • Les rassemblements publics à l’intérieur sont portés à 50 personnes ou à 50 % de la capacité, la valeur la plus faible étant retenue.
  • Les séances de counseling de groupe peuvent comprendre jusqu’à 20 personnes, et le port du masque est obligatoire.
  • Les rassemblements à l’extérieur peuvent atteindre 100 personnes.
  • Les restaurants et les établissements autorisés peuvent ouvrir à une capacité de 50 personnes ou à une capacité de 50 %, la valeur la plus faible étant retenue. Le chant et la danse sont autorisés.
  • Le théâtre d’Iqaluit peut ouvrir à une capacité de 50 personnes ou de 50 % de sa capacité, la plus faible des deux étant retenue, par salle de projection, sans déplacement entre les salles.
  • La capacité des salles de sport et des centres de remise en forme est portée à 25 personnes ou à 50 % de la capacité, la valeur la plus faible étant retenue. Les séances de groupe sont limitées à 10 personnes.
  • Les piscines peuvent ouvrir à une capacité de 25 personnes ou de 50 %, la valeur la plus faible étant retenue. Les séances de groupe sont limitées à 10 personnes.
  • La capacité des bibliothèques, musées et galeries d’art est portée à 25 personnes ou à 50 % de leur capacité, la valeur la plus faible étant retenue. Les séances de groupe sont limitées à 10 personnes.
  • Les taxis peuvent accepter plusieurs courses à la fois si le premier client y consent et si tout le monde porte un masque.
  • La capacité des stades peut être portée à 50 personnes ou à 50 % de la capacité, selon ce qui est le moins élevé, ainsi qu’à un maximum de 50 spectateurs. Les sports d’équipe sont autorisés.
  • Les lieux de culte sont limités à 50 personnes ou à 50 % de leur capacité. Le chant est autorisé.
  • Les édifices du parc territorial peuvent ouvrir.
  • Les établissements de soins de longue durée peuvent autoriser deux visiteurs par résident parmi les membres de leur famille immédiate.
  • Toutes les écoles et les garderies peuvent ouvrir à 100 % de leur capacité.
  • Les masques restent obligatoires.
Ces changements ne veulent pas dire que la COVID a disparu, mais plutôt qu’elle sera probablement toujours là.Michael Patterson, médecin-hygiéniste en chef du Nunavut
Le médecin-hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson, croit que cette nouvelle approche permettra de consacrer plus de ressources à « l’intégration de la réponse à la COVID-19 » au système de soins de santé du territoire. (Marc Zimmer/CBC)

Dans les communautés de Gjoa Haven, Kugaaruk, Igloolik et Taloyoak, les restrictions sont :

  • Les rassemblements à l’extérieur peuvent atteindre 50 personnes.
  • Les rassemblements intérieurs passent à 10 personnes plus les membres du ménage.
  • Les restaurants et les établissements autorisés peuvent ouvrir à une capacité de 25 personnes ou à une capacité de 25 %, la valeur la plus faible étant retenue. Aucun chant ou danse ne sera autorisé.
  • Les rassemblements publics à l’intérieur sont portés à 25 personnes ou à 50 % de la capacité, la valeur la plus faible étant retenue.
  • La capacité des salles de sport est de 25 personnes ou de 50 %, la valeur la plus faible étant retenue. Les séances de groupe sont limitées à 10 personnes.
  • La capacité des bibliothèques, musées et galeries d’art est portée à 25 personnes ou à 50 % de leur capacité, la valeur la plus faible étant retenue. Les visites de groupe sont limitées à 10 personnes.
  • La capacité des stades peut être portée à 50 personnes ou à 50 % de la capacité, selon ce qui est le moins élevé, ainsi qu’à un maximum de 50 spectateurs.
  • Les sports d’équipe sont autorisés.
  • Les lieux de culte sont limités à 50 personnes ou à 25 % de leur capacité; le chant est interdit.
  • Le port du masque reste obligatoire.

Par ailleurs, le gouvernement maintient les centres d’isolement destinés aux Nunavummiut non vaccinés ou partiellement vaccinés dont le résultat du test de dépistage de la COVID-19 est positif et qui voyagent pour des raisons médicales.

« Ces centres devront rester en place tant et aussi longtemps qu’il y aura une directive fédérale […] portant sur les déplacements », a indiqué le médecin hygiéniste en chef. « En ce moment, il vous est impossible de monter à bord d’un avion si vous avez contracté la COVID-19. »

La même logique s’applique, dit-il, aux Nunavummiut non vaccinés ou partiellement vaccinés, qui devront toujours présenter aux transporteurs aériens la preuve d’un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 pour voyager vers leur collectivité d’origine.

En date de mercredi, le territoire rapportait 472 cas actifs.

Matisse Harvey, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur l'Arctique canadien, visitez le site d'ICI Grand Nord.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.