La Finlande et la Norvège réduisent leurs importations d’électricité de Russie

Une ligne de transmission dans la région de Mourmansk, en Russie (Maxim Shemetov/Reuters)
Ces dernières semaines, la Finlande et la Norvège ont réduit la quantité d’électricité qu’elles reçoivent de leur voisin russe, dans un contexte international tendu marqué par les sanctions en lien avec la guerre en Ukraine et les menaces de représailles de Moscou.

L’entreprise finlandaise Fingrid, détenue majoritairement par l’État finlandais, a annoncé la semaine dernière dans un communiqué que « la capacité de transmission des lignes transfrontalières [entre la Russie et la Finlande] sera limitée dans le contexte de l’évolution de la situation internationale ».

Fingrid mentionne que la capacité maximale des importations de Russie passera de 1300 à 900 mégawatts. La capacité d’exportation vers la Russie, elle, reste inchangée, à 320 mégawatts. Cette décision est entrée en vigueur le 24 avril.  

« La décision est basée sur une évaluation des risques pour le système électrique dans l’évolution de la situation internationale », poursuivait le communiqué.

Selon les médias finlandais, les risques perçus incluent d’éventuelles tentatives de la Russie d’influencer la Finlande dans son processus d’adhésion à l’OTAN, en s’en prenant possiblement à ses infrastructures.

Le PDG de Fingrid, Jukka Ruusunen, cité par les médias finlandais, affirmait que l’entreprise est prête advenant un arrêt complet des importations d’électricité de la Russie.

Selon lui, la Finlande ne dépend pas des importations russes. Mais la fin de ces importations demanderait néanmoins une hausse de la production nationale d’électricité, l’augmentation des importations de Suède et une baisse des exportations vers les pays baltes. 

Environ un dixième de l’électricité consommée en Finlande provient de Russie.

Fingrid précise par ailleurs qu’elle procédera prochainement à des tests à la centrale nucléaire d’Olkiluoto, dans l’ouest du pays. Lors de ces tests, la capacité de transmission transfrontalière avec la Russie sera momentanément coupée.

La Norvège réduit ses importations

Début mars, la société publique norvégienne Statnett a cessé ses importations d’environ 50 mégawatts d’électricité de Russie, qui passaient par une ligne de transmission dans l’Arctique, reliant la centrale de Boris Gleb, du côté russe, à Kirkenes, du côté norvégien.

La décision a été prise en lien avec les règles sanitaires dues à la pandémie de COVID-19 et les restrictions sur les voyages transfrontaliers qui se sont ajoutées depuis l’invasion russe en Ukraine. 

Pour ce qui est de la Suède, elle importe très peu d’électricité de Russie. Le pays a toutefois prévu il y a quelques mois des impacts éventuels à la suite de l’invasion russe en Ukraine et ajuste sa production nationale en conséquence.

Les trois pays nordiques ont indiqué en mars qu’ils pourraient venir en aide aux pays baltes en leur fournissant plus d’électricité advenant une coupure de l’approvisionnement en électricité de ces pays par la Russie.

L’électricité demeure coûteuse dans les pays nordiques : la demande actuelle y est forte, les niveaux d’eau des réservoirs des centrales hydroélectriques sont bas et on attend la construction prochaine d’éoliennes et de nouvelles centrales.

Rappelons que la Finlande et la Suède envisagent d’adhérer à l’OTAN, depuis l’invasion russe en Ukraine. La Russie a menacé l’Occident de représailles advenant un élargissement de l’OTAN à ces pays.

La Russie a annoncé cette semaine qu’elle coupait les livraisons de gaz naturel à la Pologne et à la Bulgarie, car ces pays ont refusé de payer leurs factures en roubles comme elle le demandait.

D’autres pays européens craignent pour leur approvisionnement en gaz russe et doivent se tourner d’urgence vers d’autres sources, en cas d’autres coupures décrétées à Moscou. 

Beaucoup en Europe tablent sur une production pétrolière et gazière accrue de la Norvège, notamment, pour pallier les déficits énergétiques provoqués par les sanctions visant la Russie.

Avec les informations d’Yle News 

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.