L’OTAN se refuse à un « vide sécuritaire » dans l’Arctique

Le renforcement militaire russe dans l’Arctique préoccupe le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. (Johanna Geron/Reuters)
L’OTAN ne peut se permettre de laisser s’installer un « vide sécuritaire » dans l’Arctique, objet d’une « compétition stratégique grandissante » avec la Russie, mais aussi avec la Chine, a estimé son secrétaire général, Jens Stoltenberg, vendredi.

Nous ne pouvons nous permettre un vide sécuritaire dans le Grand Nord. Cela pourrait nourrir les ambitions russes, menacer l’OTAN et soulever le risque de malentendus, a dit M. Stoltenberg lors d’une visite sur la base de Bardufoss, dans le nord de la Norvège, où se tiennent actuellement d’importants exercices militaires.

Lors d’une conférence de presse, le responsable norvégien, dont le mandat vient d’être prolongé d’un an en raison de l’invasion russe en Ukraine, a noté que la Russie avait augmenté ses activités militaires dans la région ces dernières années.

Moscou a modernisé ses anciennes bases et en a construit de nouvelles dans l’Arctique en affichant ouvertement sa volonté d’y être un acteur dominant.

De l’autre côté de la frontière avec la Norvège, la péninsule russe de Kola abrite notamment la puissante Flotte du Nord, une énorme concentration d’armes nucléaires et d’innombrables installations militaires.

« Nous observons aussi un intérêt croissant de la Chine pour la région. La Chine s’est définie comme un État du proche Arctique et ambitionne d’établir une présence ici », a précisé M. Stoltenberg. « Pour toutes ces raisons, le Grand Nord est une région d’une importance critique pour tous les Alliés. C’est pourquoi l’OTAN a accru sa présence militaire du Nord », a-t-il dit.

L’exercice Cold Response, l’un des plus importants que la Norvège ait organisés depuis la fin de la guerre froide, rassemble actuellement quelque 30 000 soldats venus de 25 pays de l’OTAN, mais aussi de Suède et de Finlande, deux partenaires proches de l’Alliance.

Prévues de longue date, les manœuvres visent à tester la capacité des Alliés à défendre l’un des leurs en cas d’agression, par grand froid, dans un environnement difficile.

« Cold Response est un exercice important, surtout à la lumière de l’attaque russe insensée contre l’Ukraine », a fait valoir M. Stoltenberg.

Il a dit regretter que la Russie ait décliné l’offre d’y envoyer des observateurs.

« Mais nous regrettons encore plus que la Russie ne nous invite jamais à participer à une observation et à une inspection obligatoire de ses exercices », a-t-il ajouté.

Le déploiement militaire russe qui a précédé l’invasion de l’Ukraine, a-t-il rappelé, avait d’abord été « déguisé en exercice » avant de « soudain » devenir « une guerre à part entière ».

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.