Perte record pour la forêt boréale l’an dernier

Un pompier observe un incendie de forêt près du village de Kyuyorelyakh dans la région de Gorny Ulus à l’ouest de Iakoutsk, en Russie, le samedi 7 août 2021. (Ivan Nikiforov/AP)
Le couvert forestier de la forêt boréale a diminué d’environ 85 000 kilomètres carrés en 2021, en grande partie en raison des feux qui ont ravagé de grandes portions de la Sibérie et du nord de l’Amérique.

C’est ce qui ressort du plus récent rapport de l’initiative Global Forest Review de l’Institut des ressources mondiales, paru cette semaine. Au total, sur la planète, la forêt a reculé de quelque 253 000 kilomètres carrés en 2021­, une superficie légèrement plus grande que celle du Royaume-Uni.

Les forêts boréales n’ont jamais connu d’aussi grandes pertes dans l’histoire récente, note le rapport. « Bien que les pertes dans les forêts boréales entraînent rarement une déforestation permanente, le taux de perte a atteint des niveaux sans précédent en 2021, en augmentation de 29 % par rapport à 2020 », peut-on lire.

« Ces forêts de conifères des hautes latitudes sont de plus en plus menacées par les changements climatiques, avec des conditions plus chaudes et plus sèches entraînant une augmentation des incendies et des dégâts causés par les insectes. »

Les forêts boréales, principalement celles de Russie, ont connu une perte sans précédent en 2021, en grande partie à cause des incendies.Rapport de l’initiative Global Forest Review de l’Institut des ressources mondiales

« La Russie a connu la pire saison des incendies depuis le début de la tenue des registres en 2001, avec plus de 65 000 kilomètres carrés de couvert forestier perdu en 2021. Bien que les incendies fassent naturellement partie des écosystèmes de la forêt boréale, des incendies plus importants et plus intenses sont préoccupants. Le temps plus chaud et plus sec lié au changement climatique a entraîné des conditions propices aux incendies, comme l’assèchement des tourbières et la fonte du pergélisol », lit-on dans le document. 

« La vaste zone de tourbières de Sibérie – la plus grande du monde – stocke d’énormes quantités de carbone qui sont libérées dans l’atmosphère lorsque la tourbe s’assèche. La fonte du pergélisol libère également du carbone et du méthane stockés. »

Ces conditions nuisent aux populations locales, mais créent aussi « une boucle de rétroaction dans laquelle l’augmentation des incendies et les émissions de carbone se renforcent mutuellement, entraînant une aggravation des conditions ».

L’été 2021 restera gravé dans les mémoires dans l’ouest de l’Amérique du Nord, avec des températures extrêmes et une saison des incendies dévastatrice

« La Russie et les autres pays nordiques doivent agir pour combattre les effets des changements climatiques sur les forêts », conclut le rapport.

Les forêts tropicales demeurent menacées

C’est dans la zone tropicale, notamment au Brésil, où l’on constate la plus grande diminution du couvert forestier. Quelque 111 000 kilomètres carrés de forêt tropicale ont été perdus sur la planète l’an dernier.

Le Brésil est montré du doigt encore une fois pour le défrichement qui y est mené afin de faire place à des cultures et à des pâturages pour le bétail.

La perte de forêt primaire tropicale en 2021 a entraîné 2,5 Gt d’émissions de dioxyde de carbone, soit l’équivalent des émissions annuelles de combustibles fossiles de l’Inde.Rapport de l’initiative Global Forest Review de l’Institut des ressources mondiales

Dans ce contexte, selon les auteurs du rapport, il devient très difficile de penser atteindre les objectifs d’un bilan neutre d’ici 2030 ou même d’espérer une augmentation graduelle du couvert forestier mondial, une cible que se sont donnée 141 pays dans la Déclaration de Glasgow. « La réalisation de cet engagement [d’arrêter la déforestation d’ici 2030] nécessitera une diminution constante de la perte forestière chaque année pendant le reste de la décennie », peut-on lire. 

La situation ne fait que se dégrader dans la zone tropicale dans son ensemble, mentionne le rapport. 

Les auteurs soulignent toutefois quelques exceptions, comme l’Indonésie et la Malaisie qui ont réussi à freiner considérablement le recul de la forêt primaire ces dernières années, et le Gabon ainsi que la région des « Guyanes », qui ont perdu moins de 1 % de leur couvert forestier durant les 20 dernières années.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.