Vol d’entraînement de bombardiers russes à capacité nucléaire au-dessus de l’Arctique

Image extraite d’une vidéo montrant un avion russe survolant l’océan Arctique (ministère russe de la Défense/Reuters)
Deux bombardiers russes Tu-160 à capacité nucléaire ont volé au-dessus de l’Arctique, a annoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué mardi, un geste que pose périodiquement Moscou, mais qui est considéré par certains membres de l’OTAN comme une provocation.

Le vol a été effectué au-dessus de l’océan Arctique et de la mer de Barents, indique le ministère, des eaux considérées comme neutres. La date du vol n’a pas été précisée.

Les deux avions Tupolev, qui peuvent transporter jusqu’à 12 missiles nucléaires à courte portée, sont restés dans les airs pendant sept heures et étaient accompagnés d’avions de combat MiG-31, a indiqué le ministère russe de la Défense.

La Russie effectue régulièrement des vols d’entraînement similaires au-dessus des océans Arctique, Atlantique et Pacifique, ainsi qu’au-dessus de la mer Noire et de la mer Baltique.

Un vol d’entraînement semblable au-dessus l’Arctique avait d’ailleurs été fait en janvier dernier.

Tensions dans l’Arctique

Plus tôt en juillet, la marine russe a pris livraison du Belgorod, un énorme sous-marin capable de transporter des drones-torpilles à tête nucléaire de type Poséidon. Ce sous-marin est destiné à la flotte du Nord.

Les torpilles Poséidon, que des observateurs jugent encore au stade d’essais, font partie du nouvel arsenal nucléaire dissuasif de la Russie. Elles mesurent 24 mètres de long et peuvent, en théorie, se déplacer à une vitesse de près de 100 km/h et atteindre une cible située de l’autre côté de l’océan.

Fin mai, l’armée russe a annoncé avoir effectué avec succès un tir d’essai du missile de croisière hypersonique Zircon en mer de Barents.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la Russie a lancé diverses menaces de nature militaire et économique aux pays occidentaux qui lui ont imposé des sanctions en appui à l’Ukraine. 

Avec les informations de Reuters

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.