La migration des bélugas de l’Arctique observable en direct

La population de bélugas de la baie d’Hudson se porte bien, mais d’autres sont en danger, en raison notamment de l’absence de nourriture adéquate et accessible, de la pollution par les contaminants et du bruit maritime. (Associated Press)
Chaque été, des dizaines de milliers de bélugas quittent les eaux de l’Arctique pour aller se nourrir et donner naissance à leurs petits dans la baie d’Hudson, plus au sud. Des scientifiques permettent désormais aux internautes de suivre cette migration en direct pendant plusieurs jours grâce à des caméras embarquées dans leur bateau.

Cette population de bélugas qui fréquente la baie d’Hudson quitte ce plan d’eau peu profond à l’automne quand la glace commence à se former pour aller hiverner plus au nord dans l’océan, où une partie des eaux n’est pas recouverte de glace, au sud de l’île de Baffin.

Ces mammifères blancs reviennent chaque année quand la baie d’Hudson se libère de ses glaces, un phénomène qui se produisait habituellement à la mi-juillet, mais qui tend à survenir quelques semaines plus tôt ces dernières années.

Ils se concentrent dans l’estuaire de la rivière Churchill, où l’eau est plus chaude et douce. Le cours d’eau déverse dans la baie la nourriture nécessaire à la subsistance de ces cétacés. Ils en profitent aussi pour faire leur mue à cet endroit.

Cette population de près de 60 000 bélugas se porte plutôt bien, contrairement à d’autres populations des eaux arctiques et subarctiques et qui sont considérées comme en danger. Par exemple, au Québec, la population de bélugas du Saint-Laurent est en voie de disparition et compte moins de 900 individus.

La baie d’Hudson, peu profonde, offrirait aux bélugas une certaine protection contre les épaulards, un prédateur des hautes mers qui s’aventure néanmoins de plus en plus dans cette région avec les changements climatiques. L’estuaire de la Churchill représente également un environnement propice pour que les petits croissent en santé, estiment les scientifiques.

Ce sont des scientifiques rattachés à l’ONG Polar Bears International qui ont décidé d’offrir au monde le point de vue privilégié qu’ils ont sur les bélugas, en partenariat avec le réseau de diffusion Explore. Le tout a été lancé le 15 juillet dernier, une journée qui vise à souligner l’importance de la glace de mer pour la préservation des écosystèmes nordiques et de la biodiversité. 

La diffusion en direct permet aussi d’entendre l’éventail diversifié de vocalises de ces mammifères marins.

Un groupe de travail réunissant des spécialistes de divers horizons, aussi bien gouvernementaux qu’universitaires, a été créé récemment pour étudier les multiples facettes de cette population de bélugas de la baie d’Hudson.

L’ONG Oceans North demande depuis quelques années la création d’une zone marine protégée dans l’ouest de la baie d’Hudson au bénéfice des bélugas et d’autres mammifères marins.

L’équipe de Polar Bears International a par ailleurs mis sur pied un projet de science citoyenne en collaboration avec le zoo du parc Assiniboine dans lequel les internautes peuvent prendre des captures d’écran de bélugas observés dans la vidéo en direct et les partager, afin d’aider la communauté scientifique à reconnaître et à suivre les individus au fil du temps.

Avec les informations de Livescience et de Smithsonian

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.