Nord canadien : l’ours polaire inscrit sur la liste des espèces en péril jusqu’en 2032

L’ours polaire sera considéré comme une espèce préoccupante pendant encore au moins 10 ans, aux Territoires du Nord-Ouest.
(Mario_Hoppmann/iStock/Getty)
Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles a inscrit l’ours polaire à la liste des espèces en péril des Territoires du Nord-Ouest en tant qu’espèce préoccupante pour 10 années supplémentaires.

Cette décision intervient après que la Conférence des autorités de gestion des Territoires du Nord-Ouest a signé un accord de consensus sur la question et l’a présenté au ministre Shane Thompson, a-t-on appris la semaine dernière dans un communiqué de presse.

« Une espèce préoccupante est une espèce qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l’effet cumulatif de caractéristiques biologiques et des menaces qui planent sur elle. »

Selon la déclaration, aucune interdiction ou mesure de protection automatique n’est associée à l’inscription d’espèces en vertu de la Loi sur les espèces en péril des Territoires du Nord-Ouest.

« Le Plan de gestion conjoint de l’ours polaire dans la région désignée des Inuvialuit et le calendrier de mise en œuvre des mesures de gestion de l’ours polaire dans la région désignée des Inuvialuit, achevés en 2017, continueront à fournir les buts et les objectifs de gestion pour l’espèce, ainsi qu’à déterminer la priorité relative, le calendrier, les responsables proposés, les partenaires potentiels et la mesure de rendement pour chaque action. »

La Conférence des autorités de gestion regroupe des conseils de cogestion de la faune et des gouvernements qui se partagent la responsabilité de sauvegarder et de rétablir les espèces en péril au territoire. Son rôle est d’assurer la direction, la coordination et le leadership sur la question des espèces en péril. Toutes ses décisions sont prises par consensus.

Le Comité sur les espèces en péril des T.N.-O., composé d’experts indépendants, évalue la situation des espèces aux territoires et formule des recommandations quant à l’inscription à la liste en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

Le Comité a d’abord évalué que l’ours polaire était une espèce préoccupante en 2012. L’espèce a été réévaluée en avril 2021 et son statut n’a pas changé.

Selon le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, les Territoires du Nord-Ouest comptent environ 3000 ours polaires répartis entre quatre régions : au sud de la mer de Beaufort, au nord de la mer de Beaufort, dans le détroit du Vicomte de Melville ainsi que dans le bassin arctique.

Au Canada, plus de 90 % de la population d’ours polaire se trouve aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.