Collège nordique : S’intégrer par la langue aux Territoires du Nord-ouest canadiens

Georgina Franki enseigne le cours de tlicho au Collège nordique francophone. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Pour cette rentrée 2020, l’établissement supérieur s’est lancé une mission : intégrer davantage les nouveaux arrivants grâce à des ressources bien spécifiques d’apprentissage.

Offert à partir du 14 septembre, le programme Linc est proposé au Collège nordique depuis cette année seulement. Il est financé par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Les années précédentes, c’est le Collège Aurora qui offrait cette formation.

« C’est un projet qui vise à faciliter l’intégration des nouveaux immigrants aux Territoires du Nord-Ouest, mais aussi, plus généralement, dans la société canadienne tout en ayant un biais linguistique. »Awa Mbacké, directrice adjointe du Collège nordique

Il s’inclut dans la mission du Collège nordique dont l’objectif est de « faire participer les néo-arrivants aux défis économiques du Nord », explique la directrice adjointe.

Ce programme tente ainsi d’améliorer le niveau des francophones et allophones récemment arrivés, et ce, à travers quatre lignes directrices : évaluer, former, orienter, intégrer.

« S’installer dans la collectivité »

Sandra Aylinj est professeure d’anglais pour le programme Linc. Elle est arrivée il y a maintenant deux semaines de Colombie-Britannique. D’après elle, le programme permet aux nouveaux immigrés de « s’installer facilement dans la collectivité ».

« C’est apprendre toutes les choses dont n’importe qui a besoin, obtenir une carte de bibliothèque, aller à la banque, comprendre comment payer des taxes…, explique l’enseignante. Je suis heureuse d’être ici parce qu’il y a vraiment plein d’idées innovantes pour apprendre à nos étudiants comment s’exprimer. »Sandra Aylinj, professeure d’anglais pour le programme Linc

Pour Tamlin Gilbert, le second professeur d’anglais, cet enseignement est tout nouveau : « C’est un programme différent, il met beaucoup plus l’accent sur le matériel pédagogique et oblige à organiser bien plus les leçons par thèmes », précise-t-il.

Concernant les divers volets au menu, les élèves doivent tout d’abord passer une évaluation de leur niveau de langue pour être ensuite répartis dans un groupe. Les repères linguistiques canadiens comprennent une échelle de 12 niveaux ; le Collège nordique en couvre huit.

« Les niveaux les plus bas auront neuf heures de cours par semaine », détaille Awa Mbacké.

Ensuite, « le programme comprend une formation linguistique en présentiel, une séance d’orientation avec une activité d’échanges au cours desquelles nous allons inviter d’autres personnes, explique la directrice adjointe. [Les élèves] pourront parler de leur expérience pour arriver jusqu’ici. »

La formation propose également une session « d’engagement communautaire », en lien avec le Réseau immigration des TNO.

« On organisera des activités pour que les informations soient le mieux transmises aux nouveaux arrivants », continue-t-elle.

Services offerts et nouveaux arrivants

Deux professeurs ont ainsi été engagés tout spécialement afin d’assurer des cours en anglais. « La demande que nous avons présentement est entièrement pour des cours en anglais, de dire Mme Mbacké. Nous sommes à la recherche d’un professeur de français supplémentaire. »

Tous les cours pourront être suivis en présentiel et même en virtuel, « dépendamment de leur besoin », assure-t-elle avant d’ajouter : « Les horaires sont très flexibles. » Un service de garderie pour jeunes enfants est également mis à disposition pendant les sessions.

Par ailleurs, la participation est entièrement gratuite pour les nouveaux arrivants. Mais qui entre dans cette case ? « On ne parle pas forcément de la date d’arrivée, mais plutôt de statut comme celui de résident permanent, indique la directrice adjointe. Je dirais que si quelqu’un est détenteur d’un permis de travail, d’une résidence temporaire, de rentrer en contact avec nous et nous pourrons déterminer s’ils [en font partie]. »

Si ce n’est pas le cas, il est toujours possible de suivre les cours de langue (français, espagnol, tlicho).

Cécile Antoine-Meyzonnade, L'Aquilon

Cécile Antoine-Meyzonnade, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *