Aux États-Unis, des élus veulent s’assurer de la fin des forages en Arctique

Les groupes qui veulent empêcher la vente des baux de la Réserve faunique nationale de l’Arctique pensent que le troupeau de caribous de la Porcupine pourrait souffrir de l’exploitation pétrolière et gazière de la région. (Saul Loeb/AFP/Getty Images)
Un groupe de sénateurs américains tente de rendre impossible le forage pétrolier dans l’Alaska en faisant de la Réserve faunique nationale de l’Arctique (ANWR) une zone de nature sauvage.

Quelques semaines après que l’ancienne administration Trump eut autorisé la vente de baux pétroliers et gaziers dans la Réserve faunique nationale de l’Arctique, un projet de loi bipartisan – qui rendrait l’exploitation impossible dans cet immense territoire peuplé d’ours polaires, bœufs musqués, loups et caribous – a été déposé jeudi au Sénat, dorénavant contrôlé par les démocrates.

Ce sont les sénateurs démocrates Ed Markey et Jared Huffman ainsi que le sénateur républicain Brian Fitzpatrick qui ont présenté le projet de loi au Sénat. « La Réserve faunique nationale de l’Arctique mérite d’être protégée, elle est d’une grande valeur pour les communautés arctiques et pour le pays dans son ensemble », a déclaré Ed Markey dans un communiqué de presse.

« La Réserve faunique nationale de l’Arctique est un écosystème vierge, vieux d’un million d’années, qui ne ressemble à rien de ce que nous avons aux États-Unis, c’est pourquoi il devrait être protégé en permanence. L’avenir de l’Arctique est dans le tourisme, et avec les nouvelles routes maritimes qui s’ouvrent, la vraie valeur de cette terre est la conservation, pas l’exploitation. »Maria Cantwell, sénatrice de l'État de Washington

De son côté, le sénateur républicain, Brian Fitzpatrick, a indiqué qu’il était temps de mettre un terme à tout ce « gâchis » tout en invitant les législateurs à rattraper les « dégâts » causés par l’administration Trump. « Nous devons travailler côte à côte avec les peuples autochtones de la plaine côtière pour protéger et gérer de manière permanente ces terres publiques précieuses. »

Selon les Gwich’in, le troupeau de caribous de la Porcupine risque de disparaître si des forages ont lieu dans la réserve faunique nationale de l’Arctique. (US Fish and Wildlife Service/Getty Images)

L’adoption du projet de loi serait un soulagement pour les communautés autochtones de la région, qui rappellent que le sanctuaire est une aire de mise bas de la harde de caribous de la Porcupine. Les Gwich’in qui vivent en Alaska et au Canada dépendent de l’espèce pour leur subsistance.

« Après quatre années de jeu politique de l’administration Trump, c’est le moment de rétablir le consensus politique pour protéger cette terre sacrée. Ce projet de loi reconnaîtra et protégera la plaine côtière de la réserve comme étant une zone sauvage, en préservant l’habitat vital de la faune et de la flore. »Michael Bennet, sénateur démocrate de l’État du Colorado

Pour le sénateur Ed Markey, le projet de loi protégerait la région de façon permanente en désignant la plaine côtière de la réserve naturelle de l’Arctique comme une zone de nature sauvage. Notons que les enchères des droits de forage lancées par l’administration Trump n’ont rapporté jusqu’ici que 14,4 millions de dollars.

« Après l’échec récent d’une série de ventes de baux, il est clair que les promesses des républicains d’une importante manne fiscale provenant du développement de la plaine côtière étaient en réalité un flop fiscal majeur », a-t-il précisé Ed Markey.

Rappelons que, dès son premier jour à la présidence, Joe Biden a signé un décret instaurant un moratoire temporaire sur les activités pétrolières et gazières dans l’ANWR qui représente, avec 75 000 km2, la plus vaste zone naturelle protégée des États-Unis.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *