La région du Sahtu dans le Grand Nord canadien aux prises avec la COVID-19

Kami Kandola est la médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Les Territoires du Nord-Ouest font face à une nouvelle éclosion de cas de COVID-19, avec au moins 3 cas confirmés et 20 autres probables. Ils sont liés à un tournoi de jeux de mains dénés qui s’est déroulé du 5 au 9 août, à Fort Good Hope.

Au cours de la fin de la semaine, les autorités ténoises ont décelé 1 cas confirmé et 15 autres cas probables à Fort Good Hope, 2 cas probables à Colville Lake, 1 autre à Délįne et 4 cas probables à Yellowknife.

Les cas probables doivent être confirmés en laboratoire. Mais selon les autorités sanitaires, tout porte à croire qu’il y en aurait plus, surtout dans la région du Sahtu.

Une ordonnance de confinement local a été mise en place dimanche dans les collectivités de Fort Good Hope et de Colville Lake.

Vu la taille de ces collectivités, toute personne y ayant mis les pieds du 5 au 15 août est considérée comme susceptible d’avoir été exposée au coronavirus. Les personnes qui ne sont pas vaccinées doivent s’isoler pendant 10 jours, et les résidents complètement vaccinés devront garder un œil sur l’apparition de symptômes, et s’isoler si nécessaire.

Selon la médecin hygiéniste en chef du territoire, Kami Kandola, il est fort probable que ces personnes soient infectées par le variant Delta, même si cela devra être confirmé en laboratoire.

D’après les autorités, les personnes infectées se portent bien et personne n’a été hospitalisé pour l’instant.

Fort Good Hope se situe dans le nord de la région du Sahtu à 800 kilomètres de Yellowknife. (Radio-Canada)
Forte pression sur la santé publique

En conférence de presse lundi matin, la ministre de la Santé Julie Green a admis que ce cas de transmission communautaire risquait de mettre beaucoup de pression sur le système de santé.

En raison d’une pénurie de personnel, la lutte contre cette transmission communautaire pourrait avoir un impact sur les services de la santé publique.

Selon la directrice médicale du territoire, Anne Marie Pegg, certains rendez-vous moins urgents pourraient être reportés.

Seulement deux des quatre lits de soins intensifs de l’Hôpital territorial Yellowknife pourront être utilisés pour ce genre de soins d’ici la fin du mois d’août en raison d’un manque de personnel. (Noémie Moukanda/Radio-Canada)

« Nous sommes à un moment où nous commençons à chercher à préserver notre capacité afin de nous assurer d’être en mesure de répondre à cette épidémie », dit-elle.

La ministre de la Santé a aussi rappelé que les soins intensifs seront toujours disponibles, même si des patients doivent être transférés en Alberta comme le système de santé ténois a l’habitude de le faire.

Pas de retour en arrière côté restrictions

Malgré cette nouvelle éclosion et l’arrivée d’une quatrième vague dans le sud du pays, la première ministre des T.N.-O., Caroline Cochrane, a assuré qu’elle n’avait pas l’intention de réinstaurer certaines mesures de confinement pour l’ensemble du territoire.

« Quand nous avons commencé notre nouvelle phase de déconfinement, nous savions que nous aurions plus de cas », dit-elle.

Selon les autorités, l’éclosion ne fait que rappeler l’importance de la vaccination comme meilleure mesure de protection.

Selon les données du gouvernement, 64 % des résidents de plus de 12 ans de Fort Good Hope ont reçu leurs deux doses du vaccin. À Colville Lake, ils ne sont que 23 % à les avoir obtenues.

La Dre Kandola n’était pas en mesure de dire si les personnes infectées ont été pleinement vaccinées. Elle a cependant rappelé qu’une personne vaccinée peut quand même être infectée, mais que les risques de complications diminuent considérablement avec le vaccin.

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.